Recherche partenaire

Je suis à la recherche de partenaires financiers, si vous voulez faire partie de l'aventure, n'hésitez pas à me contacter. Je m'engage à promouvoir votre image de la meilleure façon possible.

lundi 17 janvier 2022

Premier dossard depuis deux ans

Oui, vous n'avez pas rêvé, vous avez bien lu. Une course, un dossard, les spatules aux pieds. Pour ma reprise (sport et dossard, tout confondu), j'ai choisi de m'aligner sur un championnat Canadien ( pour eux, c'était une qualification pour les JO). 30km, départ individuel, sur une piste de Coupe du Monde. Et vous me direz que pour une reprise, j'aurais pu choisir un format plus court, une course plus tranquille, un profil plus plat, et bien sûr, vous avez totalement raison. Mais parce que j'aime les galères challenges, à vrai dire, j'y suis allé tête baissée.

Après trois mois à faire du gras, avec une moyenne de 2 à 4 heures de sport par semaine, dont à peu près zéro (allez, on va dire zéro et demie) en ski ou en ski à roulettes, je me suis dis qu'il fallait bien m'y remettre un jour ou l'autre. Vu que je ne laisse jamais rien au hasard, j'ai bien entendu veillé à ce que tout soit absolument parfait pour cette mise en jambe. Outre le peu d'entraînement, j'ai tenu à ajouter à cela deux jet lags en 10 jours, et deux journées de fartage complètes juste avant le top départ (messieurs les coachs, je comprends maintenant votre douleur lorsque vous mettez le dossard juste après avoir farté tous les jeunes).

Etant donné toutes ces conditions incertaines, il fallait miser sur mes points forts. Après avoir tenu une liste complète:

*Musculature du haut du corps

*Musculature des jambes

*Entraînements fonciers

*Nuits reposantes

*Repos les jours de course

Il m'en restait un (ou plusieurs, et non des moindres), les kilos accumulés durant mon inactivité. J'avais donc une chance de m'en sortir, étant donné que dans une course, il est censé y avoir autant de montées que de descentes. Dans mon esprit, ce que ce que je perdrais dans les montées, j'avais de fortes chance de le récupérer dans les descentes. Malheureusement - et j'en suis le premier déçu - le ski de fond ne marche pas ainsi, et j'ai pu le constater comme il se doit lors de cette première course.

Après un départ prudent et une gestion de course tout à fait honorable (aux alentours de la 20ème place durant les 3/4 de la course et pas trop loin de la tête, j'en suis le premier surpris), je me suis pris de plein fouet la réalité dans les cinq derniers kilomètres avec le corps qui a finalement - et totalement - lâché. Les étoiles dans le ciel ont alors été nombreuses malgré ce milieu d'après midi, et le plus dur pour moi, c'est que je n'avais pas pris le moindre Cr'oc&Go pour mes ravitaillements. Bien sûr, j'ai passé la ligne d'arrivée, mais après trois pauses dans les dernières montées, me demandant comment j'allais réussir à mettre un pied devant l'autre. Mon plus grand bonheur a alors été lorsque des Canadiens sur le côté de la piste m'ont dit "tiens bon, c'est le dernier tour", alors que je croyais qu'il m'en restait encore un à effectuer. Vous n'imaginez pas ma joie à cet instant, à se rouler par terre. 

A l'arrivée, je me suis gavé de Cookies et de bonbons (Vive les ravitos Canadiens!) et une heure plus tard, j'étais de nouveau frais comme un gardon, paré (enfin, de très loin) pour un deuxième tour de piste.

Voilà, c'était ma première de 2022, ma première depuis 2020, une bonne entame dans mon périple Canadien, mais ne vous inquiétez pas, pour les prochains textes, je ne parlerai pas de courses (ou juste un peu) mais plutôt du Canada, parce que je suis sûr que vous n'avez qu'une question à la bouche: Comment c'est là bas?!!!!

Réponse aux prochains épisodes




lundi 10 janvier 2022

Bonne année 2022

Une nouvelle année vient de s'écouler, avec un peu de retard (c'est le décalage horaire) il est temps pour moi de vous adresser mes voeux pour celle à venir.

Mais avant, j'aimerais que cette année ne nous fasse pas oublier ce que nous sommes, des êtres vivants parmi tant d'autres sur cette Terre. Ni des Dieux ni des rois, seulement des animaux que nous nommons humains.

Qu'elle ne nous fasse pas oublier le miroir devant lequel nous nous préparons chaque matin, et que nous gardions un oeil avisé sur le reflet qu'il nous renvoie. Que nous n'oublions pas de nous regarder, non à l'extérieur, mais à l'intérieur, et que ce miroir nous permette de nous remettre chaque jour en question.

Que cette année ne nous coupe pas davantage de nos amis, sous prétexte que nos idées divergent, et que les doigts cessent de pointer ceux dont les pensées diffèrent. Que nous n'oublions pas la liberté de pensée, et plus encore, le respect et la tolérence.

Qu'elle ne nous fasse surtout pas oublier que nous devons vivre pour nos enfants, car eux seuls portent l'avenir, sans que cela veuille dire que nous devons oublier nos parents. 

Que même si la foi s'altère, gardons encore espoir, et plus encore, n'oublions pas nos rêves.

Quelques mots pour vous souhaiter, enfin, une belle année 2022.


2022









mardi 21 décembre 2021

Canada, veux-tu de moi?

J'avance lentement dans le Hall immense. Les néons scintillement faiblement, il règne dans cette salle démesurée un climat étrange, personne ne parle, comme si, au fond, nous allions tous à l'échafaud. Dehors, les nuages sombres ont dévoré le soleil, le froid ajoute à l'atmosphère vicié un malaise grandissant. Je tremble, je sais que ce n'est pas l'émotion, mais la peur. J'avance à la manière d'un automate, tout mon corps me crie de faire demi-tour, une force obscure m'en empêche. Je suis paralysé, mes jambes continuent leur course en avant, vers l'obscurité, vers les ténèbres. Je voudrais hurler, mais aucun son ne sort de ma bouche. Un homme me bouscule et me fait perdre l'équilibre, je m'effondre au sol. Personne ne vient m'aider, dans ma tête, deux notes lancinantes ne me quittent plus. Je me relève avec peine, mes oreilles bourdonnent, le rythme des notes s'accélère et... 

Naaaaaaaan, j'déconne ! Vous vouliez du stess, du suspens, du thriller, mais bon, y'a rien eu de tout ça. Je suis arrivé tout guilleret à la douane, j'ai fait mon plus beau sourire, présenté mon passeport, mes documents, mon offre d'emploi et, dans les minutes qui ont suivi, j'avais mon permis de travail. Je sais pas, peut-être qu'en fait, j'ai l'air plus jeune que je ne le suis sur les papiers (vu qu'au delà de 35 ans, comme je vous l'avais précisé, l'immigration est compliquée), ou alors, je suis réellement plus jeune que j'en ai l'air. Ou alors les papiers ont l'air plus jeune que... Je m'emmêle un peu, revenons-en à nos Caribous. Oui, parce qu'ici, les moutons (attention faut suivre, je passe du coq à l'âne), ça ne court pas les rues. À Calgary, j'ai retrouvé mon co-voitureur (jusqu'à Banff), un gars sympa avec un bel accent du fond Québec, que j'ai eu presque plus de difficultés à comprendre que mes Canadiens du ski Club qui m'ont emmené de Banff à la destination finale. Ce jour là, il faisait 15 degrés, il pleuvait, le ciel était brumeux, maussade, pas un brin de neige, j'avoue m'être alors demandé ce que je faisais là, ici, tout seul, un peu perdu, les épaules basses et les idées pas très claire (pour les idées, faut dire que 4h de sommeil en 48h, ça n'aide pas vraiment..). 

Allez, pour le suite, je vous parlerai un peu de mes premières semaines d'immersion canadienne. 

À tantôt ! 

Calgary et son downtown, aperçue rapidement ce matin
Calgary et son downtown, ville construite à la manière américaine, découverte rapidement ce matin


dimanche 19 décembre 2021

Canada, me voilà (toujours)

 ... C'est à la toute fin du mois d'octobre qu'il a fallu prendre une décision un peu risquée et changer les plans initiaux. Au lieu de faire un Visa de travail et d'effectuer toutes les démarches pour la famille depuis la France, j'ai décidé d'aller dans un premier temps seul à la frontière Canadienne pour effectuer ma demande de Visa sur place, directement auprès des douaniers. J'allais donc tenter ma chance sur place en évitant de longues démarches administratives, mais sans savoir si j'allais devoir rentrer dans la foulée en France où alors si ce "coup de poker" allait marcher. Le plus dur, c'était de se faire à l'idée de partir seul, sans la famille, qui me rejoindrait mi-février. (Même si j'avais tout de même prévu de rentrer pendant les fêtes). Qui plus est, le timing devenait très, mais vraiment très serré, sachant que j'avais dès lors un mois de moins pour finir tout ce que j'avais entrepris à la maison. Il allait falloir également rapidement trouver un logement sur place, ce qui n'était pas gagné. Croyez-moi, ceux qui se plaignent du coût de la vie et des logements en Haute-Savoie, faites un tour à Inversmere et vous verrez que finalement, la Haute, c'est pas si mal à ce niveau-là

Moi qui ne suis pas de nature très stressée, je le suis devenu (un peu). J'ai eu la bonne surprise de voir débarquer des amis qui sont venus me prêter main forte (merci -ordre chronologique d'apparition, j'espère n'oublier personne- Louis, Valentin, Gauthier, Hugues, Cédric, Antoine, Benoît) et finalement, à quelques jours du départ, tout était prêt. Armé d'un housse et d'un sac dans lequel j'ai fourré toutes mes affaires pour plus d'un an, gonflé (du surplus de gras dû au manque de sport) à bloc, j'ai débarqué à l'aéroport de Lyon le 30 novembre. J'avais trouvé un lieu de vie la semaine précédente, un co-voiturage depuis Calgary le matin même (au Canada, le co-voiturage n'existe pas), et questions bus, hormis les grands axes, vous pouvez toujours courir (dans les deux sens du terme) pour vous déplacer entre un point À et un point B avec les transports en commun. 

J'ai suivi la course du soleil, atterri à Calgary le 30 en début d'après-midi, et l'instant fatidique était juste en face de moi: la Douane! 



mardi 14 décembre 2021

Canada, me voilà (encore)!

... J'ai donc passé mon fameux entretien, pas glorieux au premier abord, s'il y avait eu un quelconque podium sur lequel monter à l'issue de cet échange qui m'avait semblé très laborieux, il ne fait aucun doute que je n'y serais pas monté. De toute façon, les podiums, ça fait quelques temps que je les avais oubliés.
Pourtant, dès le lendemain, j'ai reçu un beau courriel, me demandant quand j'étais prêt à commencer. Ah oui, très bien, donc... L'hiver allait commencer dans moins de trois mois, il y avait une multitude de démarches à effectuer, et à force de me renseigner et d'avoir des échos de part et d'autre, immigrer au Canada, ce n'était pas gagné d'avance. D'autant plus que j'avais passé la barre fatidique des 35 ans (il doit y avoir une erreur sur ma date de naissance, dans ma tête, j'ai toujours 20 ans), âge critique faisant presque de vous une "personne non grata" au Canada. En gros, à écouter les détracteurs, le permis de travail, ce fameux sésame permettant de réaliser ce rêve Canadien, eh bien je pouvais toujours me brosser pour l'avoir. Mais vous connaissez mon opiniâtreté, je n'ai pas trempé dans le sport et la compétition depuis plus de vingt ans pour rien, oubliant au passage que j'y avais également pris de belles douches froides. Mon défaut d'éternel optimiste... 
Alors navigant entre la paperasse et les travaux, j'ai continué les démarches. J'ai essayé de remettre le dossard aux France de trail, croyant pouvoir, sans entraînement, faire des miracles. J'en suis revenu avec un dossard de côté et la confirmation d'un TFL obtenu à l'issue de la CCC (il fallait bien sûr je gagne quelque chose cet automne, non?). Il allait falloir que je fasse définitivement une croix sur les dossards d'ici la fin de saison.
Ah, je suis obligé de faire une petite parenthèse question TFL. Et pour les néophytes (dont j'ai fait partie), ne croyez pas que le TFL est une nouvelle chaîne de médias ou une émission télé réalité, c'est juste une galère que vous avez de grandes chances de vous traîner lorsque vous faites de la course à pied. 
Ne sachant trop que faire avec cette douleur qui s'accrochait à moi comme une sangsue, je me suis décidé à appeler un jeune Marabout du coin, dont on m'avait dit fort bien. J'ai eu rendez-vous le lendemain. L'homme, d'abord de loin, a examiné mon maintien. Sur ma tête il posé ses mains, s'est très certainement dit "tiens, dans ce crâne il n'y a rien", m'a remis en place et le surlendemain, je n'avais plus rien. (Au genou, je précise). Allez, on arrête les rimes, et pour le Sorcier Gauthier Galland (et sa compagne Marion Croset), ils sont Ostéopathes. Allez-y, sincèrement, il sont formidables. Si bien que deux semaines après, je mettais un nouveau dossard aux Templiers (oui, je sais, je n'ai rien écrit sur ce sujet, mais je vais m'y coller, parce que bien sûr, il y a à raconter).
J'ai donc continué les démarches et les travaux, continué à faire du gras à défaut de faire du sport, les jours ont passé et l'échéance Canadienne approchait. Nous étions bientôt fin octobre et je n'avais ni mon offre d'emploi définitive, encore moins mon visa de travail... 



lundi 13 décembre 2021

Canada, me voilà !

Je n'ai pas pris la plume depuis des lustres, mais ces derniers mois ont été plutôt chargés. Il y à beaucoup de choses à dire, ke vais donc y aller doucement Pour ne pas trop vous saouler. Et vous excuserez quelques erreurs de frappe, mais écrire avec un téléphone portable, ce n'est pas ce qu'il y a de plus simple, mon ordinateur récalcitrant refuse tout simplement de se prêter à ce jeu. 

Pour cette petite (grande serait probablement plus approprié) histoire, aventure, donnez lui le nom que vous voulez, il faut remonter début septembre avec un appel "numéro inconnu". Au bout du fil, une voix anglaise, " Are you ok for a meeting "? 

En fait, un club de ski, basé à Invermere, recherchait activement un entraîneur pour la saison d'hiver. J'avais fouiné sur Internet, trouvé les grandes Rocheuses Canadiennes, des photos d'Ouest sauvage étaient passées en boucle dans ma tête, je m'étais vu en Davy Crickett (chassant le cricket plutôt que l'Ours, vous savez, moi, la chasse...), enfin voilà, j'étais dans les rêves, il y avait un bouton "accepter" pour le job et j'ai cliqué dessus. Un ami me dirait une nouvelle fois, "toi, ça te prend comme une envie de pisser !"

Nous étions en septembre, le job commençait fin novembre, on avait eu un dégât des eaux à la maison et j'avais entrepris de tout refaire, sol, cloisons, plomberie, électricité, en passant par de la charpente, bref, j'avais la tête sous l'eau (par mon dégât des eaux), j'étais dans le jus (l'électricité, c'est du 220V et ça envoie pas mal quand on se le prend), et je sais, mes blagues vaseuses, je les garde pour moi.

Alors j'ai eu ce fameux "meeting" à distance, il a fallu ressortir la boîte à vocabulaire d'Anglais, instaurée dès la 6eme à la maison (vous connaissez? On écrit le mot en anglais sur un petit bout de Bristol, et de l'autre la traduction française, on met tout ça dans une boîte à bonbons, on mélange le tout et hop, on le ressert le matin au réveil, au repas du midi, au goûter et le soir en guise d'histoire. Croyez moi, ça se mange sans fin. Pour mon cas, c'était plutôt l'indigestion au bout de trois mots). Dans un Franglais des plus laborieux, en parfaite vache espagnole, j'ai baragouiné tout ce que je savais pour leur montrer que je voulais le poste. Répétant à tours de bras le fameux "Brian is in the kitchen" pour montrer que je savais... 





mercredi 29 septembre 2021

Le corps ne veut plus

Après avoir coupé une grosse semaine fin août, j'ai repris le chemin de l'entraînement. J'avais deux petits objectifs en septembre: les France de Montagne le 12 avec un 13km, puis les France de Trail long (54 km en Alsace) le 27. Persuadé que je n'avais pas laissé trop d'énergie sur la CCC (qui était en mode marche plutôt que course à pied), je tenais à enfiler le maillot du Club de l'Entente Athlétique de l'Arve sur ces deux échéances. La première s'est soldée par un bel échec, avec des sensations aux raz des pâquerettes, et pour la deuxième, le corps n'a pas voulu. De grosses douleurs aux adducteurs, ainsi qu'un début de tendinite au genou (syndrome de l'essui glace, bien connu des coureurs) m'ont fait poser le dossard au bout de trente kilomètres. Cette fois-ci, je n'ai pas voulu prendre le risque de continuer et d'aggraver la sentence.
Difficile de savoir si je remettrai un dossard sur les prochaines semaines, ma participation au Grand Trail des Templiers semble compromise. Bien sûr, j'aurais préféré vous parler de podiums, mais le sport est ainsi, tributaire du corps, et si j'ai parfois tendance à ne pas écouter les signaux, cette fois-ci, je vais ménager la monture.