lundi 28 novembre 2016

Première course de la saison

Petit, je me suis toujours demandé comment et pourquoi on avait nommé les différentes catégories sportives ainsi :
Poussins, Benjamins, Cadets...
Avouez que les noms sont tout de même particuliers, sachant que les poussins, ils sont généralement tout jaune et qu'ils sortent des œufs, que le Benjamin est l'élément le plus jeune d'un groupe, et devrait donc se trouver après le Poussin, mais vu que le Cadet est passé par là et qu'il est censé être moins âgé que les autres, eh bien moi, j'en perds mon Latin. Et puis mon Japonais aussi, tiens!

Enfin bon, les courses ont attaqué, mais depuis trois semaines, je côtoie plus mon lit que mes skis. Après la gastro, j'ai enchaîné avec une bonne bronchite. Résultats: deux semaines à faire des mamours à mon oreiller, au plus grand dam de ma compagne.
Alors forcément, vous devez vous dire que le premier dossard enfilé ce week-end n'a pas été glorieux, et d'un côté, vous n'avez pas tort, mais s'il y a une chose de sûre, c'est que, comme l'année dernière en début de saison, je suis champion du monde catégorie...
Microbes!




Pour l'info sportive, ce week-end avait lieu le prologue de la Visma ski classics, en poussée. 8km de course sur une petite bande de neige à Pontresina en Suisse, départ individuel. Je termine 20ème de la course et le Team Gel Rossignol remporte l'épreuve pas équipe! Place samedi prochain à la Sgambeda, 1ère longue distance de l'année, toujours en poussée.


mercredi 16 novembre 2016

Trump, le rêve américain

Petit, j'étais fan de trumpoline. Je passais mes journées sur le vieux matelas à ressorts de mes parents, qui, lorsqu'ils me prenaient sur le fait, me mettaient au passage une bonne trumpe qui me rougissait les fesses. Ce qui ne m'empêchait pas de recommencer. Ah, ça oui, j'avais de la trumpe, un sacré caractère, me disait-on. Au fond de moi, je me disais que ça m’aiderait à avancer dans la vie, à ne pas me laisser marcher dessus.

Néanmoins, je devais impérativement grandir et évoluer. Et cela passait forcément par un travail assidu. Comme le dit le proverbe africain, « Un éléphant n’est jamais fatigué de porter sa trumpe ». Je me pris donc en main. M'intéressant rapidement aux médias pour suivre l'actualité de notre Monde, les pages m'ont peu à peu amené vers la politique. J’ai rapidement compris l’intégrité de nos gouvernements, eux qui détenaient dans leurs mains le pouvoir de changer les choses, et surtout d’œuvrer pour un monde juste et meilleur.

Peu à peu, la politique a pris le pas sur ma vie. Grâce à l’avènement de la télévision, de la radio, des réseaux sociaux, impossible de passer une journée sans s’intéresser aux différentes actions de nos politiciens. Je dormais, mangeais, buvais devant la télé ou en lisant les journaux. Le goûter de 16 heures était un grand moment de plaisir. Avec un bon magazine ouvert en face de moi, je buvais mon chocolat chaud, y trumpant des tartines beurrées. Grand moment de délectation. Les débats me subjuguaient, plus encore les traditionnels directs du mercredi à l’Assemblée Nationale, libérant en moi des sentiments incroyables. Suspense, joie, tristesse, drame, il y avait là plus d’émotions qu’un film ne saurait jamais retranscrire, sans artifice, sans trumpe-l’œil.
Étonnants de sincérité, je savais qu’en politique, il n’était question que de vérités, je ne pouvais me trumper, ces gens-là étaient incorruptibles. D’autant plus qu’il est question d’adultes, et qui dit adultes dit forcément irréprochables.
Bill Clinton, au début des années 2000, s’est empêtré entre les jambes de Lewinsky, ternissant son image de président, trumpant par la même occasion sa femme Hilary. Oui, le bougre était marié. Un fait marquant pour moi, je tombais des nues. Comment un adulte, qui plus est homme politique, pouvait mentir ? J’ai mis cela sur les comptes des américains. Nous, français, étions forcément au-delà de tout soupçon.
Mais détrumpez-vous, mon monde n’allait pas tarder à s’écrouler avec de nombreuses affaires sordides, bygmalion avec Sarkozy, les trumperies de Cahuzac, les écoutes à l’époque de Mitterrand.
A force, j’ai compris que pour faire de la politique, il fallait à tout prix détourner la vérité. Trumper son électorat, telle était la clé d’une grande carrière dans le milieu.

Il y a quelques jours, le monde entier ne parlait que de ça : les élections américaines. Madame Clinton face à Trump. Tous les sondages donnant la Dame gagnante. Le clown Trump n’était là que pour le spectacle, il n’y aurait pas de trumplin pour briguer la présidence. Le discours effronté de l’homme suffirait à le décrédibiliser. La comédie ne durerait pas longtemps, une fois les élections passées, les choses sérieuses reprendraient et notre grand milliardaire serait vite oublié. Ne vous y trumpez pas, Clinton gagnerait haut la main.
Sauf que voilà. L’impensable est arrivé.
Trump, celui que les médias du monde entier prenaient pour la plus grande farce de l’histoire, se retrouve au sommet du pays le plus puissant de la planète.
Certains se disent comme Saint-Thomas, ne croire que ce qu’on voit. Alors attendons… Si les trumpettes sonneront bientôt, chacun espère qu’elles ne seront pas signe de mauvais augure.

Et puis, comme le dit notre héro dans le film "la cité de la peur": on peut trumper mille fois mille personnes… Non, on peut trumper une fois mille personnes, mais on ne peut pas trumper mille fois mille personnes… Euh, non, pas ça non plus, on peut trumper une fois mille personne mais on peut pas trumper mille fois une personne… Ah non…

PS : un conseil pour le futur président : Donald, ne fais pas ton Picsou, avec les milliards de ton portefeuille, un petit don pourrait certainement sortir de la misère les nombreux pays en difficulté. 
A bon entendeur.



jeudi 3 novembre 2016

Clap de fin des courses à pied, bilan estival 2016

Eh oui, nous sommes déjà en novembre. L'envie du dernier dossard estival me titillait encore un peu, mais je crois qu'il va falloir remiser les baskets dans le placard, parce que l'hiver approche, il est bientôt là, je le sais, je le sens, vu que, comme la plupart des fondus, je commence à regarder la météo quatre fois par jour pour savoir si trois flocons vont se mettre à voltiger dans le ciel.
Et puis, niveau course à pied, je me suis dit que terminer par une victoire sur l'incontournable, le grand, l'immense cross INTERNATIONAL du Pays de Filière, sincèrement, je ne pouvais pas faire mieux pour me lancer dans la saison hivernale.



Voilà un petit bilan de ce qu'ont fait mes baskets SCOTT:

6ème à la grimpée du Laudon
3ème à la montée du Crêt d'eau
2ème à la Verticale du Criou
Victoire à la Grimpée du Môle
4ème aux Championnats de France de kilomètre vertical à Manigod
4ème de la troisième manche de Manigod
2ème du Cross des Crêtes de Megève
3ème à la dernière manche de Manigod
Victoire à la Diagonale du Mont Joly
3ème aux Foulées de Magland
Victoire à la Grimpée du Pays Rochois
Victoire au trail des Glières sur le petit parcours
Victoire au cross du Pays de Filière

2ème au classement général des KV de Manigod
Vainqueur au classement général Oxygène Haute-Savoie des courses de Montagne 

Merci à tous mes partenaires estivaux:

Scott (la chaussure qui monte plus vite que mon ombre)
La ville de Megève
Les fromages Comté Petite
Les boissons Fenioux Multisports
Les Chaussettes Esprit Nordique
Rossignol
Les skis à roulettes Nordeex
Les montres Polar




vendredi 21 octobre 2016

Sundby, Johaug, Saints tricheurs ?

Nouveau tremblement de terre. Après Sundby dans le courant d’été, au tour de Johaug de tomber pour dopage. Johaug l’intouchable, qui a complètement survolé l’hiver dernier. Capable de partir seule devant dès les premiers mètres et de faire cavalier seul pendant plus de trente kilomètres. Johaug, l’une des pièces maîtresses de l’armada norvégienne.
Ce qui me rassure, c’est de voir que, à nouveau, les plus grands noms du sport peuvent tomber pour dopage, qu’il y a parfois une justice, que l’élite mondiale n’est pas intouchable. Alors certes, avec un bon avocat et le soutien de toute une nation, les sanctions sont parfois ridicules (deux mois pris par Sundby en période estivale, deux mois pour Johaug), mais elles nous rappellent que le sport est toujours sous la gangrène de la tricherie, qu’il faut batailler, et que, tôt ou tard, justice peut-être rendue.
Mademoiselle Johaug est une petite étourdie. Par la plus grande inadvertance, elle a utilisé une crème pour les lèvres contenant du clostebol, un stéroïde anabolisant . Elle ne savait pas, avoua-t-elle en pleurs. Mettant la faute sur son médecin. Le médecin a bon dos, et il est vrai que, sur l’enveloppe du produit, la marque antidopage n’était pas assez explicite. Mais heureusement, il y a eu un coupable, et vu que ce coupable ne pouvait-être Johaug, le médecin était désigné d’office.
Si ce n’est pas moi, c’est donc mon frère, clamait La Fontaine.
Les âmes sensibles auront vu une Johaug en larmes, ne comprenant pas ce qui lui arrivait. Clamant corps et âme qu’elle était une personne indiscutablement honnête. Une victime. Les larmes ont toujours eu effet d’apaiser nos rancoeurs. Virenque avait été parfait en 1998, et tout le monde lui avait pardonné le (seul ?) écart de sa longue carrière. Bien sûr, notre ami cyclise était rentré par la suite dans les rangs, refusant de toucher quelconque produit illicite. Oui, bien entendu, nous n’en doutons ab-so-lu-ment pas. Il en va de même pour Lance Armstrong, affirmant avec une droiture insolente qu’il était homme de bien, bien au-delà de tout soupçon. Nous savons tous que Lance était un grand fan de Walt Disney, en particulier de Pinocchio.
Ce qui m’amuse particulièrement, c’est cette étourderie des grands sportifs. Qui mangent trop de viande contaminée (Contador), qui achètent en plein milieu de la nuit, dans une pharmacie de garde, une crème contre les hémorroïdes (Bousquet), qui embrassent une strip-teaseuse ayant sniffé de la cocaïne (Gasquet)… Tout y passe, les médicaments pour la grand-mère, ceux pour sa femme enceinte, même ceux du chien !
Pour notre malheureuse et inattentive Johaug, c’était donc la faute du petit stick à lèvres.
Mais tout va bien, au lieu des deux ans de suspension requis normalement pour un contrôle positif, Johaug a juste eu droit à une douce réprimande. Pas trop sévère non plus, bah non, quand même, faut pas exagérer…
Mais sachant que deux mois, c’était tout de même trop pour Sainte Thérèse, son avocat a décidé de faire appel. Enfin, passons.
Ce qui me dérange dans tout cela, c’est tout d’abord la clémence des fédérations nationales. Comment éradiquer le dopage, si les sanctions prises ne sont jamais celles qu’elles devraient être ? Le constat est éloquent, avec un bon avocat, de l’argent et de la notoriété, les jugements sont toujours revus à la baisse. Lorsqu’il n’y a pas tout simplement non lieu.
Qu’en est-il des hautes instances ? Les fédérations internationales ne devrait-elles pas imposer des sanctions aux athlètes, si celles-ci ne sont pas respectée au niveau national ?
Ne faudrait-il pas être un peu moins permissif, prendre des sanctions plus draconiennes, afin d’éradiquer le fléau ? D’aucuns diront qu’il faut être magnanime, qu’il faut pardonner. Pardonneront-ils aussi facilement à la personne qui leur volera leur portefeuille, leur voiture ou qui brûlera leur maison ?
Bien entendu, ce n’est pas la même chose, non. Pourtant, le dopage n’est-il pas du vol ? Les dopés n’enfreignent-ils pas des règles ?

Le dopage existe dans le sport de haut niveau, c'est indéniable, mais battons nous, pointons du doigt les tricheurs, ne les acclamons plus, ne leur serrons plus la main, laissons les dans leur petitesse.
Mais surtout, n'oublions pas qu'il y a aussi d’honnêtes gens, que le sport peut être beau, sain, rempli de valeurs.
Et c’est là l’essentiel.  


jeudi 6 octobre 2016

Victoire aux Glières !!!

J'ai gagné aux Glières. Dit comme ça, forcément, ça cause. La presse l'a relayé, dans le monde entier, même! Forcément, cette victoire aux Glières, tout le monde l'attendait. Certaines personnes pensaient désormais que ce serait chose impossible, tant j'étais accoutumé à jouer les seconds rôles. Dans le coin, les gens me voyaient, à juste titre, comme le meilleur second que le plateau des Glières n'ait jamais eu.
Et puis... et puis d'un coup, la donne a changé. Comme ça, sans coup férir. J'en ai presque eu du mal à le croire, jusqu'aux dernières minutes, j'ai imaginé que le sort allait s'en mêler. Il a fallu que je franchisse la ligne d'arrivée, que je sonne la cloche, que le gens me disent "ça y est, tu l'as fait !" pour que je réalise enfin ce qui venait de m'arriver.
Il a fallu quatre jours pour que je m'en remette.
Alors si vous avez loupé l'info, je le dis, je le répète, j'ai gagné aux Glières!!!
Sauf que...
Sauf que c'était pas en ski, mais en course à pied.

Je sais, c'était trop beau pour être vrai...

mercredi 28 septembre 2016

Victoire à la Grimpée du Pays Rochois.

Celle-là, très honnêtement, je n'aurais pas parié beaucoup dessus. Je signe ma troisième victoire sur la Grimpée du Pays Rochois, la première remontant en 2005. Onze ans après, les guibolles fonctionnent encore.
Mais plus que la victoire de cette année, parlons plutôt de la préparation de la veille qui fut, somme toute, assez originale.
En stage en ski tunnel à Oberhof, j'avais fait le choix de rentrer plus tôt afin de me rendre au traditionnel repas du Club de Megève dimanche midi et, pourquoi pas, courir par ailleurs la fameuse grimpée du Pays Rochois, une course populaire qui réunit chaque année 200 coureurs et plus de 1000 marcheurs.

J'ai donc pris un billet de train d'Oberhof pour Genève, départ minuit le samedi matin (ou vendredi soir) pour une arrivée en fin de matinée, 10 heures plus tard. L'idée du voyage de nuit était de profiter ensuite de la journée, avec, pourquoi pas, une séance de décrassage dans l'après-midi.
Pour éviter de déranger toute l'équipe, me voilà en gare d'Oberhof, à quatre kilomètres de notre logement, dès 22 heures. Une gare à l'ancienne, pleine de courants d'air et sans chauffage. La nuit était plutôt froide, le thermomètre affichant 8 degrés. Mais qu'importe, je savais que dans deux heures, je serais bien au chaud dans un train. 
A minuit, mon train arrive, je saute dedans, regarde ma montre, 45 minutes de trajets avant ma correspondance qui me mènera de Erfurt à Bern, dans un train couchette douillet pour au moins 6 heures de dodo. Le bonheur, quoi!

Mais là, tout à coup, à minuit vingt, c'est le drame. Un gros bruit sort les voyageurs de leur torpeur, l'impression que quelque chose est en train (jeu de mot, c'est rigolo) de passer sous le train, tout le monde se regarde, deux minutes plus tard, les wagons sont à l'arrêt dans la pampa.
"Was passiert?"
-Waldschwein.
Avec mon allemand à deux balles, je ne comprends pas trop. L'homme imite le cochon.
-Ah, d'accord...
Le sanglier, en passant sous la machine, a dû se frotter à un câble. Je regarde ma montre, l'heure qui défile, et les 40 minutes de marge lors du changement passent à 30, puis 20, puis 10... et le train redémarre, pour nous amener à Erfurt avec 3mn de retard par rapport au départ de la correspondance. Moi, bonne poire, je me dis que le train nous aura attendu, d'autant plus qu'il est 1h30 du matin et qu'on ne va pas nous laisser en plan là, au beau milieu de la nuit.
Eh bah si.
Une petite troupe se forme autour du conducteur, je comprends qu'on va passer la nuit dehors. Avant que tout le monde ne s'éloigne, je questionne un jeune allemand, qui m'explique que tout est prévu, on aura une nuit dans un hôtel à côté avant de reprendre une correspondance dès qu'il y en aura.
Bizarre, il ne m'avait pas semblé comprendre cela, mais vu que mon allemand est allemand et parle allemand, je lui fais confiance.
-Et quel hôtel ? je demande alors que nous marchons.
-"C hôtel"
-Et il est où ?
Il hausse les épaules. Là, quelque part.
Bon, bon, bon... Après une demi-heure à tourner en rond, on tombe sur le "B Hôtel". Complet. On demande alors au gérant s'il connaît le "C hôtel", l'homme nous envoie balader en répondant qu'il gère le "B hôtel" et qu'en gros, notre cas, il s'en contrefout.
Alors on continue notre recherche, on se renseigne, personne n'a entendu parler de l'hôtel, il y a bien le " Cé Hôtel ". C'est pas le C, mais ça y ressemble. On traverse la ville, on arrive au Cé Hôtel, qui bien entendu n'est pas le C, qui y ressemble, mais qui est complet et qui n'a jamais reçu quelconque appel de la gare.
Bref, à 3 heures du matin, on jette l'éponge, d'autant plus qu'il fait une bonne caillante dehors. Et avec mon short et mon polo manche longue, je suis limite de me croire au Pôle Nord.
Mon collègue prend tout ça avec philosophie et recul. C'est la vie ! Moi, la philosophie, j'ai plutôt envie de l'enfoncer avec le poing dans la tête de tous ces allemands qui nous font tourner en bourrique.

Retour à la case départ, on fait le tour de la gare, l'unique salle un peu chauffée est envahie par les clodos du coin, j'abandonne mon compagnon d'infortune et me mets sur un banc, en plein milieu de gare, en me disant que de toute façon, il ne me reste plus que trois heures à attendre. Je suis un dur au mal, j'ai un mental à toute épreuve, le froid, ça me connaît, j'arriverai bien à fermer l'oeil.
Oui, sans souci. Une demi-heure plus tard, je suis dans la salle au milieu de clodos, des ivrognes, et des gars qui sont en train de cuver leur soirée trop arrosée, allongés par terre à côté de flaques dont on ne sait si c'est de l'alcool ou de l'urine.
Un peu plus de deux heures d'attente qui auront été terriblement longues, entre les ronflements, les clodos qui me proposent de partager leur vinasse avec eux, un ivrogne qui me tape la causette en allemand puis qui se met à chanter alors que j'essaie désespérément de dormir un peu.
Finalement, l'horloge sonne les six heures, mon calvaire se termine.
Entre les changement de train jusqu'à Genève, le monde dans les wagons, ma place qui n'est pas réservée (je me fais refouler par un contrôleur peu aimable), j'arrive tout de même à dormir deux heure durant le trajet.
Arrivée définitive à la maison: 17 heures.

Alors voilà, pensez-bien, avant d'aller à la Grimpée du Pays Rochois, j'étais loin d'imaginer faire une bonne course. Mais si il y a une chose qu'on ne maîtrise pas (hormis les voyages), c'est bien la forme. Elle ne m'a pas fait défaut, c'est à ne rien y comprendre.

Et puis, histoire de retrouver le sourire, je suis allé me faire un bon gueuleton avec le Club de Megève. Tout est bien qui finit bien.