lundi 1 février 2016

Marcia...très très longa

Après une grosse semaine sous microbes (eh non, je n'ai pas réussi à me débarrasser de ceux contractés lors de la Dolomitenlauf) et très peu de ski, j'ai tout de même pris la décision de me rendre à la Marcialonga. Une course déjà difficile en étant en pleine possession de ses moyens, alors autant dire que là, ça a été dur, très dur.
Après 5km dans le groupe de tête, je perds le contact après une grosse bosse et me retrouve dans le second groupe, vers la 20ème place. Trente kilomètres plus loin, je décroche à nouveau, et la suite fut longue, très très longue. Surtout sur cette petite langue de neige, au milieu des rails de sécurité bordant la nationale dans le bas de la vallée.
J'ai passé les trente kilomètres suivant à me dire que cette course portait bien son nom. Qu'elle était vraiment longue, très longue cette Marcia.


lundi 25 janvier 2016

Dolomitenlauf et... encore malade?!

Je crois que je les cumule, cette saison. Pour la troisième fois en moins de deux mois, je passe un nouveau week-end sous le signe des microbes. En gros, je cumule en deux mois le nombre de fois où j'ai été malade ces trois dernières années.
Lors de cette deuxième étape de la FIS Worldloppet Cup, je limite les dégâts avec une 4ème place. Sur cette édition 2016, nous avons eu droit au parcours repli du parcours repli. Le manque de neige se fait cruellement sentir un peu partout en Europoe.
Un profil relativement plat, une piste assez glissante enneigée aux canons à neige, avec 4 tours à effectuer. Un peloton d'une quinzaine de personnes se forme assez rapidement, et ce n'est qu'à deux kilomètres de l'arrivée que le rythme accélère véritablement. Nous nous retrouvons à 7 pour jouer le sprint final, et à ce jeu-là, c'est Bastien Poirrier, de notre Team, qui est le plus rapide. Je termine 4ème à une seconde.

Pour en revenir aux microbes, on me dit que c'est parce que je vieillis. Lors de la Dolomitenlauf ce week-end, on m'a demandé si j'allais venir (très) prochainement faire les championnats Masters ?
Pffff,  me demander ça alors que je n'ai même pas 20 ans...

En tout cas, ce matin, je me suis demandé si je n'allais pas me lancer dans une nouvelle carrière, avec ma voix de Crooner.

video

lundi 18 janvier 2016

Flouée Blanche

J'aurais préféré une Foulée Blanche sous de meilleurs auspices. Un week-end sans, galère dans tous les sens. Il y a des jours comme ça où on accumule la poisse. Pourtant, après un beau marathon de Bessans, j'espérais beaucoup de cette première étape de la FIS Worldloppet Cup. 
Je ne sais pas où j'avais la tête, mais j'ai bien collectionné les bourdes, tout d'abord au petit matin en me rendant compte que j'avais perdu mon porte-monnaie la veille dans la neige avec carte bleue, carte vitale et pas mal de liquide (d'ailleurs, si jamais quelqu'un le retrouve...), ensuite en partant sur la course sans chaussure ni dossard, puis en perdant une dragonne de bâton à moins de deux minutes du départ, et enfin en étant pris dans une chute collective après cinq minutes de course.

Bref, j'ai galéré, c'est le moins qu'on puisse dire. Concernant la course, après la chute, je réussis tant bien que mal à retrouver le groupe de tête cinq kilomètres plus tard, bien asphyxié, et termine à une 10ème place bien en-deçà de mes objectifs.
Heureusement, sur le retour à la maison, un vieux mars récupéré au ravitaillement de Bessans traînait dans ma voiture. Ça faisait bien cinq ans que je n'en avais pas mangé, mais je peux vous dire qu'il était là à point nommé. 
Parce que comme le dit si bien la pub :

Un mars, et ça repart!!!




lundi 11 janvier 2016

Bessans, 4ème épisode

Et une 4ème qui fait du bien. Non, ce n'est pas encore la 4ème de couverture de mon prochain livre, mais ma 4ème victoire à Bessans.

Après un mois de décembre un peu maussade niveau météo, je me suis dit que le moment était propice pour tomber un peu malade. Bah oui, le calendrier des courses étant peu fourni, j'en ai profité pour remplir le bonhomme de petits microbes qui traînaient par-ci par-là. Ils ont fait le travail à merveille, mais à force d'homéopathie et d'huiles essentielles, j'en suis venu à bout! Et me revoilà en pleine forme en 2016.
Une belle victoire en solo sur ce Marathon, avec plus de vingt kilomètres à me demander si oui, si non, si j'avais bien fait, si j'allais tenir, si je n'allais pas me faire rattraper. Mais finalement, je suis allé droit au but, réussissant à rallier cette banderole d'arrivée tout seul comme un grand.

Une belle satisfaction qui, je l'espère, annonce encore de belles victoires les week-end à venir. Et pourquoi pas dès la Foulée Blanche dimanche prochain ?!

Euh, je vois quadruple ???

dimanche 27 décembre 2015

Joyeux Noël 2015

En cet hiver froid et neigeux, je vous souhaite à tous un joyeux Noël!!!


cliquez sur l'image !

samedi 19 décembre 2015

Éléa éditions et nouveau livre "Et vous, qu'auriez-vous fait?"

En cette fin d'année 2015, j'ai décidé de me lancer dans une nouvelle aventure. Une nouvelle aventure que je tiens à partager. Tout d'abord en permettant à d'autres personnes de venir participer à ce projet, - ce sera peut-être vous ? - et ensuite en m'aidant à promouvoir ce projet.
Ce projet, il est double: 
-la parution de mon prochain livre "Et vous, qu'auriez vous fait ?" une grande nouvelle percutante traitant avec légèreté un sujet plein de gravité

Couverture du livre

-et surtout, la création d'une maison d'édition. 
Cette maison d'édition est une volonté de vouloir créer une petite entreprise qui se développera dans l'écoute, le partage, la bonne et humeur, le respect... toutes ces valeurs indispensables au bonheur mais qui, dans un monde parfois trop pressé, tendent à s'égarer.

Vous pouvez d'ores et déjà mettre votre pierre à l'édifice en découvrant ce projet ici:




Pour ce projet, j'ai impérativement besoin de vous. Noël approche, offrez-vous et offrez-nous un beau cadeau.

Faisons quelque chose de beau ensemble.

D'avance, merci. 


lundi 7 décembre 2015

Sgambeda 2015, premiers (et derniers) microbes

Au retour de la Scandinavie, je suis allé faire mes heures quotidiennes de ski au plateau des Glières, avant le premier grand objectif de la saison : La Sgambeda, en style classique (en l’occurrence en poussée, au vu du parcours très plat).

Manque de chance, je suis tombé malade le mercredi avec à la clé une bonne angine. Mal de gorge et ganglions, j’espérais qu’avec une cure d’homéopathie et d’huiles essentielles, la mal serait vite parti, mais ça n’a pas été le cas.

Malgré le manque de neige, la Sgambeda a été maintenue sur une boucle e 6km à effectuer 4 fois, soit 24km au lieu des 35 initialement prévus.



Avant le coup de fusil de départ, j'avoue que j'étais peu convaincu par ma prestation à venir, me demandant si oui ou non, il fallait prendre le départ. Mais faire 1300 bornes de voiture pour regarder les skieurs depuis le côté de la piste, j'ai un peu de mal, et il y a toujours une petite voix dans un coin de la tête (pas celle de la sagesse) qui dit qu'on ne sait jamais, sur un malentendu...
Je limite la casse avec une 32ème place . J’ai pu jouer avec le groupe de tête pendant les trois premiers tours avant de lâcher dans le dernier. Forcément déçu, mais je me dis qu’il vaut mieux être malade tout de suite pour être ensuite débarrassé des microbes sur le reste de la saison. Là-dessus, vous me répondrez: autant de pas tomber malade du tout, et vous avez bien raison!