lundi 17 septembre 2012

Un jour (dans mes rêves), je serai riche et célèbre

-Je sais pas quoi faire.
-T'as qu'à bouquiner, m'a fait Isa.
Isa, elle avait toujours des bonnes idées. Alors j'ai pris une BD, avec pas trop de bulles quand même, parce que les bulles, il faut les lire et c'est compliqué. Dix minutes plus tard, j'avais terminé ma lecture.
-Je sais pas quoi faire...
-T'as qu'à faire à manger.
J'ai préparé un plat de pâtes et on a mangé.
-Je sais pas quoi faire.
-Oh, tu m'ennuies, à la fin !
J'en suis tombé des nues. Là, de sa bouche, elle venait enfin de l'avouer : je savais faire deux choses à la fois : je l'ennuyais et m'ennuyais moi-même. Ce fut ma première satisfaction de la journée. Mais ça ne résolvait pas le problème. Alors, comme une femme a réponse à tout, elle a brandi un prospectus. Ce week-end avaient lieu les journées du patrimoine et elle m'a proposé d'aller y faire un tour.
On s'en est donc gaiement allé dans un petit bled de Haute-Savoie voir une expo d'un artiste américain, apparemment bien connu pour ses toiles contemporaines. En arrivant, le décor était planté : un joli château entouré de verdure d'où l'on pourrait s'attendre à rencontrer les chevaliers vus il y a quelques semaines en arrière à Vienne.
On a commencé la visite. Dans le parc, les types avaient eu la curieuse idée de mettre des livres dans les arbres à la place des oiseaux, et voilà qu'Isa expliquait :
-Waouh, un magicien est passé par là !
Plus loin, elle me racontait, devant un tronc d'arbre biscornu, que le roi et la reine du château gisaient, pétrifiés.
Vu que je suis un pragmatique et que j'ai les pieds sur terre, tout ça, je n'y comprenais pas grand chose. J'ai néanmoins commencé à prendre peur, me demandant si elle n'avait pas pris un coup de chaud lors de notre tour à vélo pour venir jusqu'ici.
Nos pas nous ont conduits ensuite jusqu'à l'entrée du château. Le type du nom de Peter Saul exposait ses oeuvres. La dame de l'accueil nous a donné un feuillet, et on s'est avancé...
Et là, stupeur !

L'art, je n'y connais pas grand chose. Petit, je m'amusais bien avec quelques pinceaux. Grand, j'essaie tant bien que mal de me faire une place dans la littérature, mais quand je vois ça :



Avec comme légende :

(Mona Lisa vomit de la pizza)

J'en reste coi. Et je me dis que si de mon côté, je ne deviens pas riche et célèbre avec mes écrits, c'est que décidément, comme le dirait mon personnage de la dernière BD (Parce qu'être super Héros...), 
Y'A PAS DE JUSTICE!!!

PS: Il y avait aussi d'autres tableaux avec des jolis rimes comme "Mona Lisa vomit des macaronis"
Finalement, je sais pas si Jean Claude Van Damme ne va pas bientôt être détrôné...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire