lundi 1 octobre 2012

Grimpée du Pays Rochois

Bon, je mentirais en affirmant qu'hier matin, je me suis levé avec l'envie folle de courir. Ben non, pensez bien, même si j'avais regardé cent fois la météo la veille, qui annonçait un temps clément, vous imaginez bien que ç'aurait été trop beau pour être vrai.
Ciel maussade, neuf degrés au thermomètre, la voiture récalcitrante, un tracteur sur la moitié du trajet, je me suis rendu compte au moment de payer les inscriptions que j'avais oublié mon portefeuille. Le départ de la Grimpée du Pays Rochois étant fixé à 10h30, j'avais émergé à 9 heures bien tassées. Avec la demi-heure de voiture, je pouvais difficilement me permettre plus. J'avais oublié les aléas des aléas de ma vie.
Mais pour finir, à 10h25, j'étais beau comme un sou neuf, toujours dans ma tenue SCOTT, prêt à en découdre avec le chrono. Et accessoirement, avec les nombreux concurrents autour de moi, tous plus affûtés les uns que les autres.
Cinq minutes plus tard, j'étais dans le vif du sujet. Dix kilomètres d'une montée presque interminable, pour finir exténué, sous la pluie, le froid et le vent, tout juste habillé d'un short ultra light et d'un débardeur pas plus épais qu'une ficelle de corde à linge.
Il y a certaines courses qu'on apprécie plus que d'autres. Des moments où l'on enfile le dossard avec plus de plaisir, avec plus d'envie. Certains lieux qui sont propices à la bonne humeur, à se lever du pied droit, à prendre la voiture sourire aux lèvres, même le dimanche. Où le résultat importe peu, car, comme le dirait notre ami Coubertin, "l'important, c'est de participer".
Il n'y a pas cinquante raisons à ça,. En tout cas, moi, je n'en vois qu'une seule : comme je le disais plus haut, je me suis levé à 9 heures. Et lorsqu'on enfile le dossard, ce n'est pas tous les dimanches qu'on peut (presque) faire la grasse mat'.
Ah oui, et puis j'ai fini 3ème.
Quand même.


1 commentaire:

  1. Bonjour, je viens de passer de belles journées avec votre livre "Et sinon...." Immobilisé suite à une fracture lors d'une chute en montant au Râteau d'Aussois (Vanoise), un ami un peu haut Savoyard mais montagnard me l'a offert lors de sa visite en centre de rééducation. J'ai beaucoup aimé, comme j'ai aussi un blog, je me suis permis dans la rubrique "lecture" d'en parler. Bonne continuation et au plaisir de vous suivre dans d'autres péripéties. Cordialement;

    RépondreSupprimer