lundi 29 octobre 2012

Une dédicace? Ah bon?

Samedi dernier, on m'a proposé d'aller faire une dédicace. Il paraît que c'est le genre de choses que font les artistes célèbres.
Avant d'accepter, je suis me suis tout d'abord renseigné sur ce qu'était réellement une dédicace (cf message précédent sur l'étymologie de la dédicace, ou à lire ICI). J'ai pesé le pour et le contre. Il y avait beaucoup de contre : je ne me considérais pas vraiment comme artiste, et concernant la célébrité, on repassera. Ensuite, j'allais devoir rester assis deux ou trois heures (pour un sportif, il faut admettre que ce n'est pas évident, et enfin ce samedi coïncidait avec mon seul jour de repos depuis des lustres. Personnellement, ces jours de repos, je les utilisais pour faire le ménage. Et sachant que mon dernier remontait à octobre 2011, ben... je me suis dit que finalement, accepter cette dédicace serait une belle idée. J'ai donc remis mon balai et mon attrape poussière à l'année prochaine et m'en suis allé gaiement à cette dédicace.
Ma nuit avait été douce et rêveuse, avec toujours cette même image, celle d'une foule inattendue attendant impatiemment ma petite griffe sur l'une des pages du livre.

Sur le trajet, J'ai eu un doute. Je me suis demandé si la journée était réellement bien choisie: il pleuvait des cordes, le brouillard s'était levé, et la température avait chuté de 20° par rapport à la veille.
Mais j'avais pris ma décision, et plus possible de faire marche arrière. Je suis arrivé sur les lieux, je me suis installé, j'ai sorti mes bouquins, mes stylos, et habillé de mon plus beau costume (enfin, le seul que j'avais dans mes étagères), j'étais prêt.

 Oui, j'étais prêt. Mais j'ai attendu. Longtemps. Trèèèèèèssssss longtemps...



Presque trop longtemps...

A la fermeture du magasin, une main est venue tapoter mon épaule. C'était le personnel d'entretien.
-M'sieur, faudrait peut-être penser à partir, on va fermer... m'a dit le gars.
-Ah???
Je me suis étiré, j'ai regardé autour de moi. Tout était vide. Alors j'ai baillé, j'ai remballé mes affaires et je suis reparti. 
En arrivant chez moi, je me suis regardé dans la glace. J'avais encore la trace de ma main contre ma joue.
Finalement, la journée n'avait pas été perdue. J'avais fichtrement bien dormi, et je m'étais fait... une auto-dédicace!


4 commentaires:

  1. A quand une séance de dédicace sur le Vercors?

    RépondreSupprimer
  2. Si une librairie m'accepte...
    Et le anonyme, c'est qui??? Faut mettre son nom!

    RépondreSupprimer
  3. Une lectrice qui a adoré votre livre. Pourquoi pas lors du week end de la foulée blanche?

    RépondreSupprimer
  4. Ah oui, pour la foulée blanche ça serait effectivement pas mal. Faut que j'arrive à avoir mon petit stand (au milieu de tous ceux de nourriture, c'est mieux pour le ravito). Si l'organisation de la Foulée veut bien, pourquoi pas...

    RépondreSupprimer