lundi 7 janvier 2013

Bonne année !

Aïe. On vient d'entrer en 2013. A priori, on devrait dire: bonne année ! Sauf que là, c'est 2013. Et 13, il paraît que ça porte malheur. J'ai bien dit: il paraît.
Je n'ai jamais été fétichiste. Non, vous imaginez bien, dans ce monde, ce serait de la folie que de l'être. Si je l'étais, à ce moment-là, je serais en train de vous écrire de ma grotte. Loin, très loin de la surface de la Terre. Parce qu'en 2012, c'était la fin du Monde. Oui, les Incas l'avaient prédit. J'aurais donc soigneusement préparé une retraite en lieu sûr, dans un bunker enfoui sous des tonnes de mètres cubes de terre. J'aurais préparé un potager, fait pousser des légumes. Et aussi un peu d'herbe qui fait rire, pour passer le temps, et personne ne m'aurait fait la morale vu que j'aurais été tout seul dans ce bas monde. J'aurais pris mes skis avec moi et les aurais accroché au mur, pour me souvenir de ce bon vieux temps où je faisais des courses sur ce machin blanc qu'on appelait neige. J'aurais sorti des tas et des tas de cahiers de brouillon et j'aurais écrit des centaines d'histoires. Des belles, bien écrites, qui auraient sans aucun doute eu le Nobel, le Goncourt et le Pullitzer. J'aurais ensuite tout brûlé pour me réchauffer, parce que là-dessous, sans chauffage, je me serais bien caillé. De toute façon, mes histoires, elles n'auraient pas servi à grand-chose vu que j'aurais été le seul à pouvoir les lire.
Et puis j'aurais fait comme Noé, en mettant de côté des couples de chaque espèce pour reconstruire ensuite le Monde. Sauf qu'à la fin, j'imagine que je me serais fait bouffer par le requin en voulant prendre un bain ou alors par un lion qui auraient eu une dent contre moi. Et tout ça aurait servi à quoi ? A rien.
Quoi qu'il en soit, 2013 n'aura pas changé grand-chose. Je fais toujours du ski, j'habite toujours dans une grotte dans les montagnes, il y a encore de la neige dans les montagnes, je me réjouis d'un plat de pâtes (le tout, c'est de bien l'agrémenter), je guette tous les dimanche la boîte aux lettres pour voir si j'ai obtenu le Goncourt, je m'extasie dans les journaux des grandes découvertes de l'homme (il paraît qu'on a marché sur la Lune?!). 
En somme, je suis heureux et je vous souhaite de partager ce même bonheur pour 2013.

PS: Un conseil à mes amis sportifs, surtout, éviter de trop réfléchir, un cerveau est lourd et plus on est lourd, moins on va vite!
PSS: les Incas, c'étaient vraiment de sales menteurs...



6 commentaires:

  1. c'étaient les Mayas, pas les Incas. Rooh. ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Et en plus, y'a usurpation d'identité!!! ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Bonne année à vous aussi Mr Chauvet. Je vous souhaite pleins de 1ere ou 3eme places mais pas de 13eme.... quoi que ca dépend toujours du nombre de personnes derrière!!
    Je sais pas chez vous mais dans le Vercors il n'y a pas de facteur le dimanche alors faut plutot guetter en semaine pour le Goncourt. On sait jamais s'il se trompe de boite au lettre... :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :o)
      Ah, le Vercors, j'espère qu'il me portera chance ce week-end pour -enfin- bien démarrer la nouvelle année!!!
      Pour ce qui est du facteur, je suis patient.
      Trrrrrrèèèèèèssssss patient. Je me dis que si un jour il passe le dimanche, ce jour là j'aurai le Goncourt ;o)
      Et les poules auront des dents

      Supprimer
  4. Bonne année 2013 c'est vrai sans le cerveau trop lourd....cela ne facilite pas pas une bonne forme.....
    A bientôt
    JA

    RépondreSupprimer
  5. JA comme Jacques Antoine? Le cerveau pourtant est bien léger ;o), mais la forme revient

    RépondreSupprimer