lundi 28 janvier 2013

Forminator... le retour ?!

Moi, j'avais cherché partout. Dans les placards, sous la table, dans la voiture. Dans la cave, au fond du lit, dans les tiroirs. Partout. Ensuite, me voyant en plein désarroi, les copains s'y sont mis aussi de leur côté. J'ai même reçu des messages des contreforts du Vercors. Chaque fois que j'entendais le bip des messages du téléphone, j'ouvrais le texto, l'estomac noué.
"Non, désolé, on a cherché partout mais on ne l'a pas trouvée"
C'est là que je me suis dit que je ne pouvais pas l'avoir perdue, ni même oubliée. J'ai alors étudié une autre piste. En allant skier sur mes traditionnels tracés de fond, j'ai commencé à me poser de sérieuses questions. Je regardais du coin de l'oeil les autres skieurs. J'essayais de suivre ceux qui me paraissaient aller un peu trop vite, trop fort, en me disant que c'était peut-être lui, ou alors elle. Ben oui, si je ne l'avais pas perdue, on me l'avait forcément volée. 
Un jour, j'ai vu un gars, qui me paraissait pas clair. Il skiait trop vite à mon goût.
-Eh, toi ! j'ai fait.
Il s'est retourné, le regard interrogateur.
-Rends-là moi ! lui ai-je crié.
-De quoi ?
-Fais pas l'innocent.
J'ai pris un air menaçant, j'ai montré mon poing. Je n'ai pas mis longtemps à repartir. Avec un oeil au beurre noir. Bon, c'était pas lui. J'ai ensuite croisé une femme. Suspecte. Très suspecte. Quand j'ai eu la marque de sa main sur ma joue, j'ai compris que je m'étais à nouveau trompé et qu'à force, j'allais y laisser ma santé.
Ensuite, ça a été les grandes désillusions. Des gens ont commencé à m'appeler pour me dire qu'ils l'avaient trouvée. Imaginez, j'étais heureux comme tout. 
Sauf que... j'ai eu la totale: le carré, le rond, le triangle. Le trapèze et tout le reste. L'ensemble de la géométrie y est passée. Ensuite, ça a été au tour des croquis me représentant. Et là, j'ai eu le droit à tous les aspects possibles et inimaginables. Grand nez, petits pieds, oreilles en choux-fleur, oeil de cyclope...  Un autre jour, le facteur m'a livré un colis. Là, je me suis dit, c'est elle. Ça ne peut être qu'elle. Mais non, fausse joie, c'était juste celle des skis (*cf explication en bas de page).
A la fin j'étais désespéré, la mort dans l'âme. Pour moi, il n'y avais plus rien à faire. Pourtant hier, je suis allé faire une course, la Foulée Blanche. Et curieusement, pendant la parcours, j'ai senti qu'elle revenait. Doucement, gentiment. Et puis j'ai fini 3ème. 
C'est là que j'ai compris que, tranquillement, ma forme était en train de revenir...


(* pour ceux qui ne connaissent rien au ski, une forme est aussi un objet long qui sert de réceptacle pour les skis, de manière à pouvoir farter convenablement son matériel.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire