mercredi 25 septembre 2013

Il vaut mieux être cultivé au départ d'une course

L'histoire date de quelques jours, mais comme toutes les histoires, il faut un peu de temps et de recul pour les raconter et qu'elles soient belles. Bien que celle-ci soit complètement quelconque.
Pour la troisième année de suite, je suis allé courir les foulées maglanchardes. Une belle course à pied qui prend son envol de Magland pour terminer sur les hauteurs, après une ascension de 10km et 650m de dénivelé. 
Tout ça vous fait une belle jambe, me direz vous, et moi qui ai loupé ma vocation de comique, je vous répondrais que non, cela fait plutôt mal aux jambes. Vous ririez ensuite pour me faire plaisir, je sourirais par respect, et nous n'en parlerions plus.
Mais l'histoire est parfois faite de petits détails qui méritent une parenthèse. Cette année, la course s'est déroulée sous des trombes d'eau. En prenant le départ, j'avais deux options. La première : les bottes en caoutchouc, le ciré, l'imperméable, la capuche transparente à pois spéciale grand-maman et le parapluie ou alors la deuxième: le short, le débardeur et les baskets.
J'ai bien entendu choisi l'option numéro un...
Bref, après multiples double noeuds sur mes chaussures, l'un de mes lacets s'est défait dès le premier kilomètre. Je m'en suis aperçu très rapidement, et le reste de la course, je n'ai cessé de me demander à quel moment j'allais m'arrêter pour refaire ce fichu lacet. Sauf que voilà, une musique du chanteur Dionysos est venue me harceler en boucle jusqu'à la fin de la course:

"Tes lacets sont des fées, tu marches dessus
Tu les laisses traîner, tu marches dessus
Mes lacets sont des fées, je marche dessus
Je les laisse traîner, je marche dessus

C´est dommage d´écraser de si jolies fées
Je n´arrive jamais à les attraper
Avant de tomber..."

Alors pour faire honneur à sa chanson, j'ai préféré garder mes lacets des... fées jusqu'à l'arrivée. Résultat: Comme par magie, je n'ai pas perdu ma basket qui est restée solidement accrochée à mon pied.



(Et pour la petite info sportive, je termine 2ème en améliorant mon temps de l'an passé de près d'une minute et vingt secondes.)



12 commentaires:

  1. C'est Mercure qui a des ailes aux pieds.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Dionysos (le chanteur) m'a prêté ses fées ;o)

      Supprimer
  2. Hermes en grec pour faire pendant à Dionysos. (Et étaler ma confiture au passage, bien que les fruits soient plus l'affaire de Dionysos, enfin surtout le raisin ... ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, le raison, je me contente de le manger (et de le boire de temps à autre)

      Supprimer
  3. Il ne faut pas se lasser des faits divers comme celui ci... hehe (désolé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'en faudrait plus pour avoir matière à raconter. Mais j'y travaille... ;o)

      Supprimer
  4. Pareil, Je suis aussi assez coutumier des petites ritournelles qui harcèlent le long d'une course et aussi à d'autres moments particulièrement inopportuns et peuvent aussi miner le moral:(, mais je préfère celles qui donnent du punch :). J'ai une parade: une chanson fétiche. Si une chanson ou une idée me harcèle, j'essaie de brancher mes neurones sur ma chanson fétiche... Forme personnelle de sophrologie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement, Dionysos est pas mal en matière de punch. Mais va falloir que je me mette à l'électro si je veux booster encore un peu plus mes montées

      Supprimer
    2. En matière de punch, Frankie Vincent ou Kassav ne sont pas mal aussi (il est à la goyave rose leur punch ... ;) )
      On te voit au trail des Glières ce dimanche ?

      Supprimer
  5. Ah tout s'explique !!! C'est parce que Dionysos (le dieu du vin) était passé par les ravitos que tu m'as cassé les oreilles toute la soirée avec Dionysos (le groupe)... ;o)

    RépondreSupprimer