mercredi 6 novembre 2013

Rigolons (ou pas) un coup

J'ai pris un coup de blues. Il est arrivé comme un coup de froid, en réponse à ma demande de sélection en vue des Jeux Olympiques. Cette annonce n'est malheureusement pas un coup de Trafalgar, même si, au fond de moi, je continuais à vouloir y croire. Un coup de fil lointain, m'annonçant clairement les choses. Au premier échange, j'aurais tant voulu que cette annonce soit un coup pendable.
« Eh non, Monsieur Chauvet, vous n'avez pas le droit de participer aux présélections qui vous permettraient de participer ensuite aux sélections pour d'éventuelles sélections pour les JO ».
Pas de coup de théâtre. Le message m'a été transmis en coup de vent.
Alors oui, j'accuse le coup. A mes yeux, tout cela prend des airs de coup de Jarnac. Tant de si, d'un conditionnel qui réduit mes ambitions en cette année Olympique. Un constat délicat, qu'il est parfois simple de compliquer des choses simples. Pourtant, je n'avais pas besoin de coup de pouce, j'aurais voulu que mes résultats passés parlent d'eux même.
Aujourd'hui, j'aimerais pouvoir pousser mon coup de gueule. Dire que je trouve cela dommage, que j'aimerais que le sport  véhicule ses belles valeurs sportives, avec uniquement le chrono et le gars qui court à sa poursuite.
Si j'étais politicien, j'aurais monté mon armée pour faire mon coup d'état. Je l'aurais fait sans coup férir. Mais je n'ai que mon armée d'idéaux, et les idéaux ne changent pas le monde en quelques instants. Si j'avais eu un penchant pour l'alcool, j'aurais noyé mon désespoir en buvant un bon coup. Mais avec un coup dans le nez, j'aurais peut-être dérapé et fait comme ce bon Zizou, mettant un bon coup de boule dans l'affaire, faisant trembler la table d'un coup de poing.
Pourtant, je ne cesse d'y croire. Que faire d'autre ? Ce coup de frein, je le laisse de côté. Il y a toujours l'espoir qui subsiste, celui de réaliser un coup de maître sur les skis, sans coups bas. Alors du coup, je tiens le coup, je laisse de côté ce coup de pompe, passager, et je reprends les seules armes que je connaisse, mon courage et mon corps, je m'en vais traverser ce coup de tabac avec l'ambition de revenir toujours plus fort. Sans coup d’œil en arrière.


Petit lexique pour ceux qui ont la flemme de prendre le dico:

Coup de Jarnac : coup violent, habile et imprévu
Sans coup férir : sans rencontrer de difficulté
Coup de Trafalgar : événement inattendu bien fâcheux
Coup de tabac : événement brutal aux conséquences lourdes
Coup pendable : mauvaise plaisenterie


8 commentaires:

  1. Ce coup de rage montre à quel point il faut du cou...rage pour ne pas accuser le coup après ce genre de sale coup... Mais à coup sûr, tu ne passeras pas sur le devant de la scène en coup de vent. Tu vas réaliser un véritable coup de maître ou sinon gare aux coups de pied aux fesses !!! ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour éviter les coups de pieds, c'est sûr, je vais me transcender!!! (parce que j'aime bien aussi quand ça rime ;o) )

      Supprimer
  2. Oui Benoit, il faut dire "flûte, zut et re-flûte" à ces sélectionneurs doués uniquement pour établir leur liste avant que la neige ne soit tombée. Dis-leur que tu vas faire une médaille, ils adorent les pronostics qui affolent les médias; ils se voient déjà au club France à Sotchi entourés de nouveaux amis les félicitant de cette belle médaille. Car en les écoutant, ce sont eux qui l'ont gagnée. Et ce sont les athlètes les responsables quand il n'y a pas de médaille...
    Et je sais qu'en leur promettant une médaille, tu ne triches pas, tu vas donner un coup à ton humilité légendaire mais nous, tes supporters, on sait que tu en es capable !! Tu as mon soutien et le soutien de tous ceux qui te lisent, t'apprécient et t'encouragent même en silence. Go Benoit! ... ou plutôt : davaï !! ("allez" en russe)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce gentil message. Je vais tout faire pour y aller, suis déjà en Suède pour les premières courses, tout seul comme un grand, le moral est bon, la forme aussi, alors y'a plus qu'à!
      Quoi qu'il en soit, ces messages font chaud au coeur et permettent d'avancer encore plus vite, alors MERCI!
      Et demain, ça va chauffer!!!

      Supprimer
  3. Grosse émotion de savoir que tu as reçu cette nouvelle si décevante.
    Il est bon de se dire que demain est un autre jour et que rien n'est jamais vraiment acquis.
    Je suis sûr qu'avec ta 'niaque' de sportif de haut niveau, tu vas relever la tête...
    Je n'aime pas qu'on me souhaite bon courage, c'est trop négatif comme expression. Comme s'il fallait du courage pour vivre, alors qu'on peut avoir de l'enthousiasme pour ce que l'on fait. Alors je suis sûr que, tu vas en avoir, de l'enthousiasme, même dans l'adversité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La niaque, c'est ce qu'on ne m'enlèvera jamais. Je garde la foi, et l'adversité est aussi ce qui nous permet de grandir et d'avancer encore plus fort.
      Merci pour ton soutien

      Supprimer
  4. C'est la miséricorde ! pourquoi t'en de haine ! Pourquoi ces sélectionneurs ne veulent pas que tu postules à ces pré-sélections. Ils n'ont rien à perdre , enfin si peut être ? peur que M.Benoit Chauvet se mêle à la bataille et décroche sa sélection. Toi qui a fait ta spécialité les marathons en ski de fond depuis quelques années, je ne vois pas pourquoi tu pourrais pas prétendre au 50 km des jeux olympiques. Allez Courage mon Ben, tu vas les faire craquer en te remarquant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas voir, je vais leur montrer de quoi je suis capable!!! je vais engloutir la piste à coups de bâtons ;o)
      Reste plus qu'à prendre le vol pour Sotchi!!! Bon, on va quand même attendre un peu, des fois que...

      Supprimer