jeudi 12 décembre 2013

Feuille blanche


Ce que vous voyez juste au-dessus, c'est censé être une feuille blanche. Mais si je l'avais réellement mise blanche, vous n'auriez pas vu la différence avec le fond d'écran. Ça n'aurait donc pas été une feuille blanche, simplement un fond blanc. Et un fond blanc, forcément, ça n'a pas la même signification qu'une feuille blanche. Enfin bon, tout ça pour dire que c'est une feuille blanche.
Si elle est blanche, c'est parce que je n'avais pas envie de la remplir, bien qu'en général, me direz-vous, une feuille est blanche pour être noircie. Pourtant, cette feuille, je trouve que le blanc lui sied à ravir, je n'avais pas envie de la salir avec ma noirceur, on m'aurait alors accusé de broyer du noir.
Oui, côté sport, j'aurais pu vous parler des résultats du week-end, bien maussades, un peu comme cette feuille grise qui doit être blanche et devrait être noircie. J'aurais pu écrire que je m'en suis allé à Bessans, faire quelques bouclettes, et j'ai filé bien moins vite que le vent. J'aurais pu écrire que Bessans ne m'a jamais réussi, si ce n'est pour le Marathon, mais à quoi bon ? Que je n'avais pas cette petite étincelle dans le corps, celle qui m'anime à chaque départ des longues distances. Mais ce serait trouver des prétextes à un mauvais week-end.
Je préfère laisser cette feuille grise, enfin, blanche. Oui, le blanc, c'est clair, sobre, simple, limpide.
Mais pas que. C'est lumineux, doux, éclatant, bon pour le moral,  bref, c'est blanc.
Et puis, très sincèrement, j'aime bien broyer du blanc.
Alors direction la Sgambeda ce week-end, ça va dépoter, ça va fumer, ça va filer. Et ma prochaine page, elle sera détonante, rayonnante, tonitruante. Elle se flashante, elle en mettra plein les yeux. En un mot, elle sera fluo!


1 commentaire:

  1. Comme quoi meme en cas de syndrome de la page blanche on peut arriver a noircir du papier ;-)

    RépondreSupprimer