lundi 13 janvier 2014

B...onne année (et puis Bessans aussi)

Tout d'abord, mes meilleurs voeux pour 2014.
Après avoir digéré la fin du monde de 2012 prévue par les Incas, après avoir vu apparaître une nouvelle période glaciaire (Oui, tout le monde en parlait sur les réseaux, l'hiver 2013-2014 va être le plus froid depuis des siècles, si froid que les poils pousseront sur le cuir des éléphants et qu'on va les confondre en mammouths, si froid qu'on a tous fait nos réserves de cacahuètes pour être sûr d'avoir à manger pendant tout l'hiver) annoncée six mois à l'avance par les météorologues Russbeks (du Russbekistan, ça va de soi), neige à gogo et tout le tralala, et après avoir vu se mettre en place absolument toutes les promesses annoncées par les grands politiciens, si je peux vous donner un conseil, les prévisions et les promesses, je les mettrais dans le cabinet de toilettes avec les rouleaux de papier.
Et je reste poli.
Bref, bonne année 2014 !
Certains me diront que je suis en retard. Déjà 12 jours que nous avons fêté la nouvelle année? Oui, mais on m'a toujours dit qu'on pouvait présenter ses voeux jusqu'à la fin du mois, et si l'on considère cette nouvelle donne, j'ai donc près de trois semaines d'avance sur la date butoir.

Pour ma rentrée des classes, comme à mon habitude depuis quelques années, j'ai filé direction Bessans. Histoire de se mettre en jambe sur un bon marathon. L'an passé, j'y avait laissé des plumes et perdu ma forme (pour ceux qui aurait oublié, à lire ICI   et puis ici aussi). Cette année, j'ai filé plus vite que le vent (c'est normal, clameront les sceptiques, il n'y avait pas la moindre brise), et j'ai pu une nouvelle fois lever les bras en franchissant la ligne d'arrivée. Une victoire qui fait un bien fou, en plus au sprint, moi qui ai souvent tendance à les bâcler, ces fameux sprints. Mais là, que nenni, j'ai foncé, tête baissée et nez dans le guidon.
Je termine devant Bonaldi, l'italien qui m'avait chipé la victoire finale l'an passé au général des Worldloppet.
En un mot je suis ravi.


D'autant plus qu'à l'arrivée, il y avait un magnifique peluche à gagner. Oui, pas évident de la caler dans la voiture...

5 commentaires:

  1. Une visite de ton site me rappelle que nous sommes en hiver. c'est vrai j'avais oublié. Pas vu la moindre piste enneigée depuis le 15 novembre, sinon à se transformer en hamster (ref à un bouquin qui comparait les tours de piste répétitifs à l'activité d'un hamster en cage...). Quand je pense que vais peut être devoir avaler 76km dans 3 semaines, je ris jaune.

    Cédric G

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, l'hiver est là! En tout cas, ici, on n'a pas trop de problème d'enneigement, plus d'un mètre de neige dans les montagnes de Haute-Savoie (bon, à 1400m d'altitude quand même...). La solution si tu n'as pas de neige, c'est de fabriquer un système à roulettes (comme pour le hamster) mais avec des skis, y'a peut-être un joli brevet à déposer ;o)

      Supprimer