lundi 6 octobre 2014

Le Mont-Blanc, une histoire de Benoît(s)

Comme vous l'avez peut-être déjà lu ICI, ma dernière tentative du Mont-Blanc a été infructueuse, la faute à un temps maussade. De toute façon, de l'avis de beaucoup de personnes, je n'étais pas assez préparé.
Pour pallier à ce manque, j'ai donc entrepris un régime assez stricte. Etant donné que tout n'était qu'une question d'entraînement, il fallait repartir sur de bonnes bases. Vu que le Mont-Blanc ne serait probablement pas pour cette saison, j'avais un an pour être au top.
Je m'y tenais chaque matin, avec tout d'abord les classiques:
Chocolat, vanille, praliné, café.

Perfectionniste, je me suis dit qu'il ne fallait pas se cantonner uniquement au petit déjeuner, j'ai alors rajouté le repas de midi, ainsi que celui du soir.
Au bout d'une semaine, pour éviter toute lassitude, j'ai changé de carte pour découvrir de nouvelles saveurs:
Caramel, Pistache, Crème brûlée, Grand Marnier...
Arrivant là aussi à satiété, je suis parti dans les exotiques:
Nougat, Tiramisu, Noix de Coco...
J'ai tenu trois semaines, avant de comprendre que j'étais à saturation. On était alors jeudi, il était exactement 18 heures 30 minutes, et pour me changer les idées, je suis allé flâner sur Internet (Bon, la c'était le préface décalée, et à partir de maintenant, on rentre dans le vif du sujet, tous les faits sont véridiques).

A ce moment, j'ai vu que la météo était plutôt clémente pour vendredi, avec un soleil généreux sur tout le département. En particulier sur le Mont-Blanc.
Pendant une heure, j'ai tourné en rond. Est-ce que, est-ce que pas ? Est-ce que pas, est-ce que...
A dix-neuf heures trente, je me suis dit qu'une pause repas m'aiderait à réfléchir.
A vingt heures, je me suis dit que c'était décidé, j'allais y aller. Une paire de baskets, crampons, de quoi grignoter dans le  sac à dos... Le téléphone a sonné à vingt heures trente, un ami, un autre Benoît; m'appelait pour prendre des nouvelles. Je lui ai dit que j'allais crapahuter, et je lui ai demandé de but en blanc si un Mont-Blanc le tentait pour le lendemain. Il a pris exactement deux secondes pour réfléchir et m'a dit qu'il était partant.
Le lendemain, cinq heures quarante, je quittais la maison. 
A sept heures trente, peu après Saint-Gervais, on quittait la voiture. 
Après six heures de marche, on était sur le toit de l'Europe, à 4810 mètres et en T-shirt sous un soleil éclatant. Le soir, on était de retour à la maison.
C'était un Mont-Blanc totalement improvisé. Je me dis qu'il fallait s'appeler Benoît pour le faire à la dernière minute.
Et franchement, c'était un pur bonheur.












5 commentaires:

  1. Bravo le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh, pas trop tôt quand même, hein! Je suis pas contre une petite grasse mat de temps en temps

      Supprimer
    2. Après tant de descentes de Mont-Blanc, une montée s'imposait, afin de ne pas se transformer en very Big Ben

      Supprimer
  2. Bravo pour "ton" Mt Blanc, Benoît ! Enfin...
    Au même moment (ou presque. C'était le 15...), je faisais "le mien".
    4810 m (et quelques), sauf qu'il y avait, "chez moi", encore des montagnes, 2417 mètres, juste au dessus de moi ! Mais, purée... qu'est-ce que c'était beau !
    2ni

    PS : Ta quête de "Mt Blanc" (même virtuels...) n'est donc peut être pas finie, qui sait !?
    En tout cas, un qu'on ne pourra plus faire, c'est le Mt Blanc "truffon", qui a, lui, bel et bien disparu de la (grande) surface de la Terre, hélas... Snif ! P... de réchauffement climatique !

    RépondreSupprimer