dimanche 15 mars 2015

Marathon des glières 2015

Chaque année, je me dis qu'elle est pour moi. Depuis quelques semaines, on me dit aussi que celle-là, elle sera pour moi.
Chaque année, je termine au sprint, parfois je joue de malchance, mais chaque année, quoi qu'il en soit, elle me passe sous le nez. Pourtant, à force de la faire, je la connais, en plus, je joue presque à domicile, désormais. Et qui plus est, je vois ce joli VTT qui me tend les bras, ou plutôt le guidon. Je l'entends presque susurrer: "viens, mon Benoît, viens donc là m'enfourcher".
Mais non, cette année, ça n'a pas voulu sourire non plus. Encore un sprint perdu aux Glières. Alors je trouve tous les prétextes du monde. Je me dis que cette année, c'était la 29ème édition, et que vu que l'année prochaine sera la 30ème, ça sera mieux. Ce sera une date anniversaire, en plus, j'ai toujours bien aimé le chiffre trois (sauf sur les podiums, je préfère bien entendu le 1, même si le 2 me colle parfois à la peau).
Et puis, et puis il n'y avait pas assez de soleil cette année. Non, je préfère une victoire lumineuse, sans discussion possible. Et puis de toute façon, le VTT, cette année, je n'aurais pas su ou le mettre. Pas de place dans la voiture pour le ramener, pas non plus dans le garage. Il faudrait que je fasse un abri de jardin pour l'entreposer, donc non, ça ne pouvait pas faire.
Voilà, cette année encore, je n'ai pas gagné. Tant mieux, à défaut d'y arriver, ça me fait philosopher.
De toute façon, vaut mieux en rire qu'en pleurer...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire