lundi 22 juin 2015

Les accidents à la c..

Je trouve parfois le sport injuste. Bien sûr, il y a le dopage, les inégalités financières, les inégalités physiques et tout le reste, mais ces sujets sont classiques et ont déjà été abordé maintes et maintes fois. Non, je veux parler d'autre chose. La préparation physique, très importante dans l'organisation d'une saison sportive, est un travail de longue haleine.
Les années s'organisent dans cette dynamique, fondamentale pour la réussite sportive. En général, tout se passe bien. Les pépins physiques, relatifs à l'entraînement, sont quasiment inexistants.

Ça, c'est dans l'absolu. Le problème, c'est qu'il y a la vie quotidienne du sportif, se résumant en grande partie à l'entraînement, et le quotidien de la vie du sportif, les petites misères physiques.

Jeudi, j'ai fait deux cents bornes à vélo. Pas de douleurs, pas de chute, pas d'hypoglycémie, une bonne séance d'entraînement avec de la bonne fatigue. Pas de problème de sommeil le soir, pas de courbature le lendemain, pas de problème pour remettre des calories dans la machine.
Et puis voilà, en fin d'après-midi, je sors la petite de la voiture pour la prendre dans mes bras. Je la prends avec délicatesse, le geste plein de douceur, un truc anodin, quoi.
Je la prends à deux mains, la pose contre moi.
Et bêtement, je me déséquilibre. Je mets un pied de côté, me rattrape avec l'autre jambe et m'explose le genou contre le bord de la carrosserie de la voiture. 
Voilà, et depuis deux jours, je ne peux plus marcher, et je n'ai pas pu enfiler de dossard ce dimanche.

Finalement, c'est dans les histoires les plus banales qu'il nous arrive toujours quelque chose.

Vous me direz, quel est l'intérêt de cette nouvelle ? Aucun, c'était juste une nouvelle à la c.. qui résume bien les accidents à la c..


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire