lundi 29 février 2016

Victoire à la Coupe de France à Prémanon

Décidément, cette année est assez particulière. Pour la première fois depuis cinq ans, je crois que j'ai plus de "courtes distances" que de longues à mon actif à cette période de l'année. Et pour la première fois depuis de nombreuses années, je m'impose sur une Coupe de France, qui plus est en ne faisant que de la poussée, face à des classiqueurs. Moi qui, il y a deux ans en arrière, bannissait la poussée pour faire le plus possible de classique, cherchez l'erreur ?!
Enfin bon, voilà, vu que ce week-end était déserté de longues (annulation de la Trace Vosgienne), et voulant préparer la prochaine internationale du week-end prochain -la Bieg Piastow en Pologne-, je suis venu faire un saut dans le Jura lors de la Coupe de France, face aux p'tits jeunes. Bah oui, il faut dire que dans l'échappée des 4 concurrents du groupe de tête, mon cadet le plus proche avait... 10 ans de moins que moi. Y'a pas à dire, ça ne me rajeunit pas.
Très vite, nous avons donc skié à 4, j'ai fait une course plutôt sereine même si, dans l'emballage final, j'appréhendais un nouvel échec au sprint, qui n'est pas toujours ma tasse de thé. Mais non, cette fois-ci, j'ai mis la bonne impulsion pour franchir la ligne en vainqueur.
Allez, on va tout faire pour remettre ça le week-end prochain!

mercredi 24 février 2016

Amercian Birkie 2016

Cette année encore, je suis allé aux Etats-Unis pour participer à la plus grande course de ski américaine, rassemblant plus de 10 000 participants. Un déplacement qui s'est organisé à la dernière minute, suite à l'annulation de la Tartu en Estonie. Pour moi, c'était plutôt une bonne nouvelle, cette course est vraiment sympa et comme toujours, l'accueil est vraiment très bon là-haut, tant par les organisateurs que par l'équipe Rossignol USA. 
Les conditions de course n'ont pas été très évidentes, la météo nous jouant encore des tours. Après des températures largement négatives (-20 degrés) pendant une longue période, le thermomètre est subitement remonté la veille de la course avec de la pluie et beaucoup de vent. Résultat: une neige un peu glacée puis bien mouillée ensuite, surtout sur la fin du parcours, les machines étant dans l'impossibilité de tracer les derniers kilomètres, là où la piste passe sur le lac.
J'ai essayé d'imposer un rythme élevé sur le début de la course, mais sur ce type de course (montées très courtes) et avec une neige glissante, ce n'est pas évident de faire la différence. Je m'échappe malgré tout sur les dernières bosses, croyant filer vers la victoire, mais le peloton de chasse s'organise bien et me reprend. On s'achemine alors vers un sprint, je termine, comme l'année dernière, à la troisième place, forcément un peu déçu d'avoir laissé s'échapper la victoire. Allez, comme je dis souvent, ça me donnera une raison pour revenir encore plus motivé l'année prochaine!!!


mardi 23 février 2016

2ème petite vidéo suite à l'annulation de la Transju

Pour ceux qui ne l'auraient pas vue, une deuxième vidéo "Chauvet production", suite à l'annulation de la Transju, à prendre avec le sourire.


jeudi 11 février 2016

Transju 2016... annulée!!!

Eh oui, il va falloir attendre 2017 pour essayer d'aller chercher la 3ème cloche. Pourtant, j'étais prêt! Les microbes étaient loin, la forme plutôt bonne, en gros, il fallait bien une ironie du sort pour faire en sorte que je ne puisse pas aller tenter ma chance sur cette nouvelle édition de la Transjurassienne.
Du coup, ce week-end, ce sera grand prix dans le coin, avant de m'envoler pour les Etats-Unis. La Tartu en Estonie étant annulée, faut de neige, la Worldloppet a décidé de se rabattre sur la Birkie pour le classement international, un mal pour un bien, sachant que cette course est vraiment très belle et complètement dépaysante, c'est un plaisir d'y aller.
Dessous une petite vidéo pour sourire, j'ai des doutes sur l'acteur, je me demande s'il est tout net, celui-là...

https://www.youtube.com/watch?v=eBni5TRUAOU



lundi 1 février 2016

Marcia...très très longa

Après une grosse semaine sous microbes (eh non, je n'ai pas réussi à me débarrasser de ceux contractés lors de la Dolomitenlauf) et très peu de ski, j'ai tout de même pris la décision de me rendre à la Marcialonga. Une course déjà difficile en étant en pleine possession de ses moyens, alors autant dire que là, ça a été dur, très dur.
Après 5km dans le groupe de tête, je perds le contact après une grosse bosse et me retrouve dans le second groupe, vers la 20ème place. Trente kilomètres plus loin, je décroche à nouveau, et la suite fut longue, très très longue. Surtout sur cette petite langue de neige, au milieu des rails de sécurité bordant la nationale dans le bas de la vallée.
J'ai passé les trente kilomètres suivant à me dire que cette course portait bien son nom. Qu'elle était vraiment longue, très longue cette Marcia.