mercredi 27 avril 2016

Nuits debout

Il y a quelques jours en arrière, un ami m'a demandé si j'étais intéressé pour aller participer à une nuit debout.
-Bah oui, m'a-t-il fait. C'est le truc à la mode, dans les grandes villes. On se réunit en soirée, et on passe la nuit à discuter de la société. Le principe est simple, et vu que tu as pas mal de temps, je suis sûr que ça te plairait.
Entre deux biberons et petits à la maison, oui, c'est vrai que j'ai du temps...


Merci à Ben (l'autre) pour l'idée de sujet


mardi 12 avril 2016

Bilan d'hiver

Même si la neige est encore bien présente sur nos massifs, que quelques aficionados arpentent encore les stations ouvertes, qu'il reste une ou deux (ou trois ou quatre) courses chez nos lointains voisins scandinaves, russes ou islandais, il est temps pour moi de dresser le bilan de la saison.
J'ai eu un petit bébé!!! 
Ah non, là c'est le côté People

J'ai publié un nouveau livre!!!
Bon, ok, tout le monde s'en fiche. 

D'accord, d'accord, on va parler sport. Alors côté ski, c'est une bonne saison dans l'ensemble, des victoires par-ci par-là (dont la 4ème au Marathon de Bessans, celle que je retiendrai sur cet hiver, et celle à la coupe de France à Prémanon, en poussée), des podiums sur de belles courses internationales (American Birkie, Bieg Piastow) et  toujours placé sur le devant de la scène sur l'ensemble des compétitions, hormis la Foulée Blanche où je joue un peu de malchance. 
Je regrette d'avoir été tant malade sur le début d'hiver, mais le corps fait parfois un peu des siennes. J'ai peut-être entrepris un peu trop de choses au niveau extra-sportif (publication du livre, création de maison d'édition...), mais c'est un peu moi, ça, j'aime aller de l'avant. Mon seul gros regret aura été de ne pas avoir pu m'exprimer sur la Transju (annulée), sur un mois de février qui aura été mon gros pic de forme.
Un tout petit peu de frustration de ne pas avoir pu aller chercher une meilleure place au classement général de la Worldloppet, mais bébé Lucas a choisi d'arriver pile au moment où je devais sauter dans l'avion pour la Russie. 

Voilà, sinon, pas grand chose à dire. A part que je ne dors pas beaucoup. Paraît que deux petits en bas âge, ça n'aide pas pour les nuits reposantes.
Bon, j'ai compris, là aussi, tout le monde s'en fiche. 

Allez, on se retrouve avec les baskets et les dossards sur la saison estivale.

Et un grand merci au Team Gel Interim Rossignol et à mes partenaires hivernaux, Comte Petite et Megève.


Crédit photo : Nils Louna


lundi 4 avril 2016

Dilemme cornélien

Eh non, pas de Russie, pas de finale de la FIS Worldloppet Cup pour moi cette année. Je crois que le fiston devait sentir le truc, vous savez, l'éternelle deuxième place. Il s'est dit que le moment serait propice pour voir comment était la vie vue de dehors.
Il savait bien que son papa était encore en lice pour la victoire au classement général international, plus encore pour la deuxième place. Et le bienheureux petit homme a voulu éviter à son père de quadrupler la mise. Il est bon, ce petit, il a voulu m'éviter le choix de l'oiseau. Vous savez, le dilemme de la Corneille, le fameux choix cornélien ?!
Alors je suis resté à la maison, et ai opté pour l'étoile des Saisies. Au moins, c'était réglé. Je n'avais plus besoin de me torturer l'esprit, et puis, ces russes, j'ai toujours trouvé qu'en soirée, ils abusaient un peu de la vodka. Donc un mal pour un bien pour moi.
Je m'en suis donc allé à l'étoile. Ironie du sort, je termine 2ème.
Alors pour la Corneille, on repassera, j'irai en toucher deux mots à Rodrigue, son Cid, c'est du pipeau...