mardi 24 mai 2016

Ma reconversion de traileur (la montée du Crêt d'eau)

Avant-hier, j'ai enfilé mon deuxième dossard en course à pied. Trois semaines après mon premier essai, il était temps de remettre un peu d'adrénaline et d'intensité en vue de la préparation... hivernale.
1300 mètres de dénivelé positif, le programme était alléchant. Par contre, les 600 de négatifs m'ont fait longuement hésiter. Est-ce que oui, est-ce que non...
Je suis donc allé à Bellegarde pour le départ de cette nouvelle édition de la montée du Crêt d'eau. Des pentes à plus de 30%, en montée comme en descente, un joli plateau de coureurs, dès les premiers mètres, me voilà dans le vif du sujet.
Un petit groupe de six coureurs s'échappe, dont deux Kényans adeptes du marathon (1h03 au semi quand même!) venus se frotter aux traileurs. Ils lâchent le train dès la première montée.
D'abord distancé par les deux premiers, je reviens peu à peu au niveau du deuxième après 40mn de course et les grandes parties montantes, avant de perdre de nombreux mètres sur la partie plus roulante du sommet.
Place ensuite à la descente. En trail, il paraît qu'il y a des chamois à la descente, moi, je fais plutôt office d'une chèvre. Bien loin de revenir sur le 2ème, je vois au contraire ma place (presque) acquise sur le podium fondre comme neige au soleil, croisant les doigts pour une arrivée imminente. J'arrive tant bien que mal à conserver un pied sur la boîte, mais il s'en est fallu de peu, j'ai eu chaud aux fesses, un kilomètre de descente en plus et je dégringolais à la 4ème place.



Au regard du podium, j'ai compris pourquoi le trail n'était pas non plus mon truc. Il y a un problème de taille, et non des moindres. Vous constaterez sur la photo qu'il me manque un ou deux cheveux sur le caillou. A moins de trouver une lotion capillaire digne de ce nom, je peux donc tirer une croix sur une potentielle victoire à l'UTMA. (Ultra Tour du Mont d'Aviernoz)

Avec un peu de recul, une chose m'a sauté aux yeux. Pour être performant, il suffit peut-être tout simplement d'avoir un maillot jaune.
Mais oui, tout bêtement. C'est pour ça que chaque année, la victoire du Tour de France revient à un maillot jaune ?!!!!!!
Quand un jour, je me mettrai à réfléchir, sûr que j'aurai la victoire facile ;o)

2 commentaires:

  1. Il ya a une autre difference... le maillot jaune

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bah on voit qu'il y en a qui ne lisent pas les articles jusqu'au bout ;o)

      Supprimer