mardi 16 octobre 2018

2ème à la Persjussienne, le roman de Ben Livingston l'éléphant

Pour reprendre la première phrase de wikipédia sur le livre de Richard Bach, Le jeune Ben n'est pas un homme comme les autres, il ne se contente pas de courir ou marcher pour vivre, non, il aime courir pour courir, c'est sa passion...
L'histoire pourrait aussi commencer ainsi:  Partout où il passe dans sa jeunesse, les gens scandent haut et fort: -Attention, voilà Ben.  Attention, le monde va trembler.
Le monde va trembler. Oui, bon, à prendre au sens propre, malheureusement. Ou alors mettre une majuscule à Monde. En me voyant courir, les puristes avaient bien du mal à me trouver des similitudes avec les foulées aériennes de certains concurrents, moi, j'étais plutôt terrien, appui talon bien prononcé.
-Tiens, v'là le Pachydermeben.

Retour au présent. Avec le temps, ça n'a pas vraiment changé, mais heureusement, dans les bosses, j'arrive toujours à tirer mon épingle du jeu. Pourtant, chaque année, au 1er janvier, je prends de bonnes résolutions en me disant que je vais travailler tout ça. Courir sur le plat, allonger ma foulée. Grâcieux, aérien. Mais les bonnes résolutions vous les connaissez tous, le 2 janvier, on les a déjà oubliées.

Enfin bref, voilà qu'il y a deux semaines, suite à ma victoire au Pays Rochois, j'ai décidé de m'inscrire à la Persjussienne. Profil relativement plat. Connaissant mes lacunes, j'avais donc exactement 2 semaines pour révolutionner ma manière de courir.
En homme raisonné, j'ai décidé de faire des intervalles (alternances d'allures, pour ceux qui ne connaissent pas) à plat.
J'ai commencé le mercredi, 10 jours avant l'objectif. Il m'a fallu trois jours pour m'en remettre, tellement j'ai eu mal aux mollets et aux Ischio-jambiers.
7 jours avant l'objectif, j'ai remis ça. J'avais encore mal lors de ma 3ème séance, à J-5. J'ai calé ma dernière à J-3.
Et j'ai remis le dossard dimanche, pour la Persjussienne. Après 41 minutes d'effort (et quelques secondes), j'ai terminé 2ème. Les bosses, ça allait. Mais j'ai pris cher dans les plats et les deux minuscules descentes. J'ai pas gagné grand chose sur temps de base.

Il y a une petite morale dans tout ça, quelque chose d'essentiel à savoir lorsque vous êtes sportifs et que vous préparez un évènement. Toujours s'y prendre longtemps à l'avance. Comme qui dirait, Rome ne s'est pas faite en un jour.
N'importe quel sportif le sait.
Surtout moi ???





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire