lundi 28 janvier 2019

Foulée blanche, galère noire, et ironie des skis

Lorsqu'on fait du ski de fond en compétition, il y a un paramètre non négligeable: le matériel. Il y a les skis pour neige froide, ceux pour neige intermédiaire, les skis neige humide. Et rebelotte pour les structures. Certaines sont adaptées pour le très froid avec différentes sortes selon le type de grain de neige, idem pour les neiges humides et les neiges polyvalentes, bref, au bout du compte, les housses sont souvent très chargées de skis les veilles de course
Chaque semaine, j'ai droit à mon petit rituel avant les courses. 
Lundi, je jette un coup d'oeil à la météo. Mardi, je fais pareil. Je ne change pas mon plan le mercredi et bien entendu, le jeudi, au moment de préprarer mon matériel en vue du déplacement, j'allume l'ordi et je flâne sur les prévisions du week-end. Et le vendredi matin, au moment du départ, je jette un dernier coup d'oeil pour me rassurer. 
Et j'ai toujours une paire de skis dans des conditions extrêmes, au cas-où. Vendredi matin, faisait encore -15 degrés lorsque j'ai pris la voiture. Je n'ai pas pris la peine d'allumer l'ordinateur. C'est en arrivant à Autrans qu'on m'a annoncé la (bonne nouvelle). La pluie était annoncée le dimanche. Et bien entendu, pour la première fois, je n'ai pas pris la peine de prendre les skis pour ce type de neige. Alors j'ai passé dix coups de fil, mis en branle mon réseau d'amis pour voir s'il était possible de rapatrier la fameuse paire de skis. On s'est décarcassé pour trouver une solution et au final, les planches sont arrivées à destination.
Sauf que bien sûr, il a fait froid toute la nuit et au moment de tester les skis le matin de course, je ne les ai pas pris. 
Et j'en ai pris une toute bonne (fessée, claque, branlée, torgnole, baffe, misère... tout ce que vous voulez). Le bonhomme n'était pas en grande forme, et avec une magistrale hypo à mi-course, j'étais aux fraises des bois (si si, même en hiver, c'est possible) 

Il falait bien une chute comme celle-là pour terminer l'histoire. Mais je ne remercierai jamais assez tous ceux qui ont oeuvré pour me dépanner.
Voilà, je voulais juste vous dire MERCI, en particuler à Susan et Jean-Michel. 

Et juste pour la petite histoire, je n'ai jamais vu une météo aussi changeante, il faisait -12 degrés le samedi matin à 9 heures et +3 degrés une heure plus tard. A devenir fous, sachant que le choix des skis et le fartage sont tellement pointus qu'une erreur de deux degrés peuvent vous faire perdre de nombreuses minutes dans une course.






mardi 22 janvier 2019

Dolomitenlauf, drôle de course

Alors que deux mètres de neige étaient tombés dans le nord du pays, nous avons eu la surprise de découvrir un manteau de neige d'à peine 20cm là où nous allions. Dont 15cm de neige tombés durant la semaine. 
Après trois changements de parcours en l'espace de sept jours, tout le monde se posait la question de savoir dans quel état serait la piste au jour J. D'autant plus que nous empruntions un chemin forestier pendant de nombreux kilomètres. Le résultat a été à la hauteur de nos attentes, je n'ose même pas imaginer le nombre de paires de skis parties à la poubelle après l'événement. On a fait du slalom entre les cailloux sans réussir à épargner nos planches. 
Parti dans l'espoir de réaliser un gros coup, j'ai vite été ramané à la réalité par un corps récalcitrant. Pourtant en forme et en confiance les derniers jours, j'ai compris dès les premiers kilomètres que j'allais vivre un bon calvaire. Je mentirais en disant que c'était la faute de la piste, c'était simplement la faute du bonhomme, et j'avais beau m'autoflageoller et pester contre moi-même, impossible de me débrider. Alors j'ai fait avec ce que j'avais, au premier tour, je ne donnais pas cher de ma peau, je me suis déridé au deuxième, croyant presque que j'allais pouvoir jouer au sprint la 4ème place. Eh non, pas de sprint miracle, menant un peu trop en fin de course, je termine à une bien maigre 9ème place.
J'ai dû être déçu, parce que sur le voyage du retour, j'ai pleuré à chaudes larmes d'un oeil. Celui qui était en train de décongeler. Super, en plus, je m'étais gelé la cornée. J'allais donc jouer les pirates pendant quelques heures, mais il faut voir le bon côté des choses, j'ai passé mon tour pour la conduite du retour jusqu'à la maison, j'en connais un qui pensait faire une bonne sieste dans la voiture et qui m'a bien maudit !!! Bof, ça va, ce n'était que l'oeil, il y en a qui se sont gelés une autre partie du corps. Faudra leur demander combien de temps ils ont joué les eunuques...
(Non, vous inquiétez pas pour eux, c'était plutôt superficiel, et je suis sûr que Mesdames ont pris soin de les réchauffer au retour).


lundi 14 janvier 2019

De retour sur le podium à Bessans

Le marathon de Bessans et moi, c'est une belle histoire. Ma première grande victoire sur les longues distances, en 2011, le début de ma 2ème carrière de skieur. 
Mais depuis deux ans, impossible de remettre un pied sur la boîte. Deux ans de disette, ce n'est pas grand chose, diront certains, tandis que d'autres affirmeront qu'à mon âge avancé, chaque année passée me pousse un peu plus sur la fin. C'est sûr que face aux jeunes loups du circuit, je fais office de vieux, j'entends d'ailleurs des "papy" à tout bout de champ. Mais ce n'est pas non plus pour cela qu'on fait, en mon cas, acte de bienveillance en me laissant victoire facile.
Il y a pourtant un proverbe espagnol qui affirme : "qui demande poliment, obtient bien plus qu'il n'attend". C'est pas faute de demander à ce qu'on me laisse gagner, mais il faut croire que dans le sport, la politesse n'a pas sa place. Pourtant, j'essaie bien de leur brûler la politesse, mais toutes mes tentatives d'échappées finissent avortées, et c'est souvent au sprint que se règle la chose. 
Je sais, les fibres rapides, elles se perdent avec l'âge. Je pourrais aussi dire qu'avec notre périple chinois d'il y a quelques jours, j'avais laissé pas mal d'énergie dans les décalages horaires, et puis dans les deux nuits blanches vécues en l'espace de 5 jours. Je pourrais trouver toutes les excuses du monde. Parce que cette année n'aura pas dérogé à la règle, la course s'est finie au sprint, et les gamins auront encore une fois réglé mon affaire. 
Mais heureusement, en ce début d'année 2019, nous n'étions plus que trois dans l'histoire. Alors oui, j'ai fini dernier du sprint, mais vu que cette bonne vieille boîte, elle a trois places, je suis quand même monté dessus.



lundi 7 janvier 2019

La Chine pour commencer 2019




2019 sonnait à peine que j'étais déjà dans l'avion avec notre Team pour aller en Chine. 
2019 sonnait à peine que nous avions déjà droit à notre galère d'avion. Une fois par an, et 2019 n'aura pas dérogé à la règle. L'an passé, c'était lors de la Russie. Faut croire que le communisme ne nous réussit pas. C'était un voyage compact. Décollage le 1er, atterrissage le 2, tests de skis le 3, course le 4 et retour le 5 à l'aube.
On a bien décollé le 1er. Atterri le 2 à Pékin. C'est lors du transfert que tout a capoté. Nous avions 1h30 pour embarquer dans l'avion direction Changchun. Nos bagages enregistrés jusqu'à destination, nous avions juste à prendre notre billet au Check in. Il nous restait 50mn pour ce faire, autant dire qu'on avait le temps. Sauf qu'en arrivant au guichet, on nous dit que c'était trop tard.
-Comment ça trop tard?
Trop tard, répète le gars. S'en suit un petit discours qui, pour nous, sonne chinois. Normal, on est en Chine. Il montre le panneau au-dessus de sa tête : "fermeture du check-in 45mn avant le vol". Et même s'il nous restait encore quelques minutes, c'était trop tard.
On a tout essayé. Couru dans tous les sens. Défendu notre cas. On nous a trimballé de guichets en guichets, on ne pouvait pas croire que déjà, si tôt dans l'année, on se retrouvait en galère. En soi, ce n'était pas très grave, on nous donnait un billet pour le prochain vol. Mais avec 7 heures de plus à attendre dans l'aéroport, toute notre organisation initiale volait en éclat. Déjà que nous étions serrés niveau timing...
On a donc eu le temps de voir notre avion partir. Sans nous. Au lieu d'atterrir à 14h, racler nos skis, nous reposer, skier le lendemain matin, nous reposer l'aprem, tout a été décalé. Arrivée à l'hotel à 23h (après 24 heures de voyage sans dormir). Du coup, on a dormi le matin, du coup on a skié l'aprèm, du coup on a pas mal eu à courir après le temps, et même après le chrono pendant la course. J'ai bien tenté des échappées, mais le corps était un peu mou, à 1km de l'arrivée, nous sommes encore 14 pour jouer la gagne. Je termine 9ème. Allez, je vois le positif, j'aurais pu terminer en queue de peloton.  Autre point positif, après une nouvelle nuit blanche, on a débarqué à Genève. Sans galère. Juste avec des yeux pochés comme si nous étions allés au Macumba pendant deux soirs de suite. Je crois qu'aucun de nous n'avait envie de rester en Chine. Va falloir récupérer, parce qu'effectivement, il manque deux nuits de sommeil au compteur. Et le marathon de Bessans arrive à vitesse grand V!


Mais tout ça n'a pas vraiment d'importance, parce qu'il est temps de vous souhaiter une belle année 2019! Et j'espère que vous avez bien abusé des bonnes choses pendant les fêtes. Je sais ce que vous allez me dire, la balance n'aime pas trop, les habits sont trop serrés, mais d'un autre côté, une fois par an, les excès ne font pas de mal.