lundi 11 mars 2019

Cache-cache à l'Engadine

Chaque fois que je prends le dossard, j'ai les jambes qui frétillent. Ne supportant pas les courses d'attente, je prends souvent la course à mon compte, en essayant de la durcir ou de m'échapper. D'habitude, l'Engadine n'échappe pas à la règle, je tente toujours quelque chose, souvent placé mais jamais gagnant, je m'étais dit cette année que j'allais changer ma tactique et rester caché toute la course pour ne sortir le nez que dans les derniers mètres. Jouer à cache-cache, quoi!
Dès le coup de fusil, j'ai mis ma stratégie en place. J'ai été absolument parfait. Après un départ catastrophique, je me retrouve 200ème au bout de trois minutes de courses. Ah, pour ça, j'étais bien caché. Malgré un damage assez large, impossible de doubler pendant les cinq premiers kilomètres. Malheureusement, pour la première fois depuis des années, la tête de course est partie bille en tête, sans jamais faiblir, à tel point qu'il y avait déjà une échappée avant la bosse du tremplin, première (petite) difficulté de la course.
Les groupes étaient faits, la messe était dite, les patates étaient cuites. 
Je termine finalement 32ème, et je mentirais en disant avoir pris du plaisir.
Décidément, je ne sais pas si cette Engadine me sourira un jour. Pourtant, toujours d'un optimisme sans faille, je retenterai ma chance, vu que, comme le disent si bien les slogans du loto (auquel je ne joue pas), 100% des gagnants auront tenté leur chance...
Et puis, une chose est sûre, je suis paré pour jouer à cache-cache avec mes enfants. Pas sûr qu'ils réussissent à me trouver...


2 commentaires: