mardi 9 avril 2019

Encore une 4ème place aux Championnats de France (et une 2ème aux Glières)

Il y a deux ans, je terminais 4ème aux Championnats de France de longue distance aux Saisies. A sept secondes de la gagne, et au sprint pour la troisième place.
Deux années ont passé. Et vu que, comme vous le savez, je me bonifie avec l'âge, j'imaginais, cette fois-ci, monter sur la plus haute marche. Au minimum le podium.
Une course pas évidente, pas le physique espéré, mais je crois que par contre, j'avais la tête des grands jours. J'ai fait la métamorphose du morpion, celui qui lâche rien. Une chute collective au 20ème kilomètres a malheureusement fait deux échappées, que je ne reverrai jamais. Un groupe de trois s'est formé ensuite pour la 3ème place, et je ne peux pas dire que cette fois-ci, j'ai contribué au travail d'équipe. Le corps en délicatesse, c'est la tête qui, heureusement, a pris le dessus. Jusqu'au sprint final, où j'échoue d'un rien pour le podium. Eh oui, je termine à nouveau 4ème, au pied de cette belle boîte.



Et pour la petite histoire, la veille, je suis allé faire une course aux Glières*, et j'ai terminé au sprint... 2ème! Bon, devant, c'était notre leader français Momo, mais quand même.

Pas de doute, j'ai fait coup double ce week-end!

*Cette course est un mémorial pour Tanguy Vulliet, un jeune que j'appréciais beaucoup et qui a chuté d'une corniche cet hiver. Beaucoup d'émotions sur cette journée aux Glières.

lundi 1 avril 2019

A contre-courant, et puis une victoire (enfin?!) aux Glières

Depuis deux semaines, je me suis remis au classique*. Parce que le classique, c'est fantastique, que depuis des années, je prône le classique, style essentiel pour parfaire sa technique de fondu de fondeur. J'ai même donné récemment un petit cours à des amis, leur parlant du fameux tranfert du poids du corps, de faire accrocher le fart, puis laisser glisser. J'ai tout mis en oeuvre pour leur faire aimer le classique, et me convaincre également qu'effectivement, l'alternatif, c'est le Kiffe! D'autant plus que vendredi dernier, il y avait le Championnat de France de 10km classique.
Toute la semaine, je me suis préparé mentalement à mettre une bonne couche de tube** qui colle aux mains autant qu'aux skis. J'ai fait des intensités, de la vitesse, des intervalles en classique, délaissant le skating, mon style de prédilection. 
Je suis monté à Méribel le matin, avec ma paire de skis. Et arrivé sur le site, il y a un collègue qui me dit "ça peut être pas mal, la poussée aujourd'hui, non?".
Une simple suggestion. Je ne sais pas si vous avez vu le film "Inception", mais pour moi, ça a fait le même effet. Du "pourquoi pas", c'est devenu "Bah tiens, mais c'est bien sûr, je vais partir en poussée". Je me suis dit que j'allais faire un coup. Un coup de poker, un coup d'esbroufe. Le carré d'As.


Mon côté aventurier, Indiana Jones a pris la décision. Exit le classique.
A quinze minute du départ, voyant la vitesse à laquelle la piste s'est dégradée, je me suis dit que j'étais plutôt Indiana Dingue que Jones, la poussée, c'était mission suicide. Sachant que dès lors, je n'avais pas d'autre alternative, j'ai évité de gamberger, je suis parti, bille ne tête, et j'ai vite compris ma douleur. 
J'ai fait mon galérien. 10km, à priori, c'est rapide comme course, mais je peux vous assurer que chaque montée me paraissait interminable, et moi, j'en riais (jaune), c'était nerveux. Je pense que ceux qui m'ont vu monter ont bien rigolé aussi, j'étais obligé de faire du canard, en prenant soin de ne pas faire glisser mon ski, sinon, c'était disqualification assurée (d'un autre côté, ça m'aurait évité de me retrouver dans les profondeurs du classsement).

Heureusement, pour me remettre de mes émotions, je suis allé le lendemain au Derby des Mouilles, une course au profil descendant organisée au Plateau des Glières. L'ironie du sort aurait voulu que je fasse 2ème, que je me prenne une belle gamelle, un sapin, une avalanche, un bouquetin, que je me fasse manger par un loup, tout sauf la victoire. 
Eh bien figurez vous que rien, j'ai réussi à gagner!

*Le classique, ou alternatif, est une des deux techniques du ski de fond. Il se pratique dans les rails, avec des skis à écaille ou avec un fart d'accroche.
**Tube: fart pour faire accrocher le ski sur la neige, permettant d'effectuer les montées dans les rails

Petite vidéo faite par Titouan Reydet, parti avec la Gopro sur la tête.