lundi 18 novembre 2019

Concours du Touquet Paris Plage

Lorsqu'on m'a annoncé que je faisais partie des lauréats du concours de nouvelles du (Touquet) Paris plage et qu'il fallait que je me rende sur place pour espérer avoir le grand prix du Jury, j'ai tout d'abord pensé aux bords de Seine, et d'un espace aménagé pour les citadins sur les berges du fleuve. Je me souviens très bien de cette annonce de Jacques Chirac en 1988 (oui, à sept ans, j'avais huit ans d'avance, je passais mon bac et j'étais déjà en train de préparer parcours sup et bien entendu, je ne loupais pas une émission politique à la radio), annonçant qu'il se baignerait dans la Seine d'ici trois ans.
J'avais donc eu une double surprise. La première étant qu'effectivement, il devait être possible de se baigner à Paris (d'où le Paris Plage) et la seconde, que les politiciens n'avaient pas que des paroles en l'air. 
Bien entendu, je suis doublement tombé des nues en constatant que Paris Plage était un augmentatif du Touquet et que Chirac avait probablement trop bu à l'époque.
Cette remise des prix, il fallait impérativement que j'y aille, le grand prix du jury octroyait une somme rondelette (1000€) et je me voyais déjà riche comme Crésus.
Alors j'ai essayé de préparer mon voyage pour le Touquet. Habitant la province, rejoindre Paris, ça allait à peu près. Le souci, c'était de quitter Paris pour aller en Province (raison, j'imagine, pour laquelle il y a tant de parisiens sur Paris, on les fait venir, et ensuite, plus moyen de repartir). Après avoir épluché tous les trains possibles au départ de la capitale, TGV, TER, métros et tramway, les bus, et même les vélib (pas de borne vélib au Touquet, sinon, bien entendu, j'y serais allé à vélo), un co-voitureur a eu pitié de moi et a accepté de décaler son voyage de deux heures. 
Pour remercier mon conducteur, j'avais prix un fromage du coin. Un reblochon bien dodu, bien fait, bien odorant. Dans le train, lorsqu'au bout de cinq minutes les gens ont commencé à se plaindre de l'odeur pestilentielle qui régnait dans le wagon, je me suis fait tout petit sur mon siège. Au bout d'une heure, j'était seul dans le compartiment.
Arrivé à gare de Lyon, j'ai pris le métro (là, au moins, l'odeur passait inaperçue...), je me suis défaussé de mon cadeau empoisonné auprès de mon co-voitureur qui, heureusement, avait un vilain rhume, et lui ai souhaité bon courage pour la suite du voyage lorsqu'il m'a déposé au Touquet pour prendre d'autres passagers.
J'étais à peu près à l'heure. En enfilant ma jolie chemise, j'ai pensé à tout ce que j'allais faire avec mon gain. J'allais les miser au casino le soir même, décuplant la mise. J'allais fêter ça au champagne, dormir dans le Westminster du Touquet, me faire un spa-hamma-jaccuzy, et un massage aussi, tiens, pour me détendre du voyage passé, prendre un avion pour rentrer (à la place du périple à venir qui allait me faire passer par Boulogne, Calais Lille, dormir dans un hôtel miteux de la banlieue de Tourcoing, prendre un train à l'aube, arriver à Lyon, poireauter deux heures à Saint-Exupéry, reprendre un covoiturage, et passer en gros une nouvelle journée dans les transports).
Assis sur ma chaise, attendant la délibération du jury, j'avais encore plein de rêves en tête. J'imaginais déjà comment vous annoncer la nouvelle. Trouver une histoire surprenante, drôle, vous annonçant fièrement ma victoire. Avec une chute inattendue, à l'image de mon texte pour le concours.
Et le lendemain, après avoir effectué le reste de mon périple, passant par Boulogne, Calais Lille, dormant dans un hôtel miteux la banlieue de Tourcoing, prenant un train à l'aube, arrivant à Lyon, poireautant deux heures à Saint-Exupéry, reprenant un covoiturage, et perdant en gros une nouvelle journée dans les transports, il est temps de vous l'annoncer:
Je n'ai pas gagné.
Les membres du jury m'ont confié que la lutte pour le Grand Prix a été très indécise et qu'il s'en est fallu d'un rien pour que je l'obtienne, mais en bon Chauvidor (pour ceux qui ne connaisse pas le terme, à lire ici) qui se respecte, je termine juste après la première marche!


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire