Recherche partenaire

Je suis à la recherche de partenaires financiers, si vous voulez faire partie de l'aventure, n'hésitez pas à me contacter. Je m'engage à promouvoir votre image de la meilleure façon possible.

mercredi 29 janvier 2020

La 1ère depuis deux ans

Effectivement, ça faisait longtemps. Deux ans, pour ainsi dire. Une éternité. 
Je l'ai prise en rentrant d'Autriche. Elle traînait au bord de la route, j'ai eu pitié. Je ne sais pas depuis combien de temps elle attendait, je voulais faire une B.A., je ne me suis pas méfié. Pourtant, j'aurais dû être sur mes gardes, mais faut dire qu'avec deux courses dans le week-end, j'ai baissé un peu la vigilance. Je sais que ça vous fait sourire, mais au fond, vous auriez fait pareil. 
Depuis deux ans, je pavanais. En même temps, je touchais du bois, je savais que tôt ou tard, je n'allais pas y couper. Mais deux ans, ça paraissait une éternité, alors forcément, je me sentais plus fort, plus aguerri.
Et puis voilà, en début de semaine, je l'ai eue. Ou plutôt, c'est elle qui m'a eu.
Elle, eux, lui, qu'importe, ma première crève, mes premiers microbes, mon premier virus.
Une bonne barre au front, des courbatures, une énergie au raz des paquerettes. Des jours à pantoufler, à traîner sa carcasse, à en avoir plein le nez.
L'histoire pourraît s'arrêter là, mais avec moi, vous n'êtes jamais au bout de vos surprises. C'est ce qui fait mon charme.
-Ton quoi ?!!! (ça, c'est Isa qui passe par là)
Comme vous le savez (et si vous ne le savez pas, je vous l'apprends), les bons rhuBes, les angines, les grippes ou peu importe, c'est une semaine avec des médicaments et sept jours sans.
Vendredi, après des cures d'huiles essentielles, homéopathie, inhalation, curcuma et tout le tintouin, sensation 0 sur une échelle de 10, j'avais décidé de faire une croix sur la Foulée Blanche. (Une double croix me direz vous: sachant que la Foulée en skate le dimanche avait été annulée, je m'étais rabattu sur la classique le samedi). Impensable de mettre le dossard. Mais voilà qu'à force de me voir traînasser dans la maison, ma chère compagne m'a botté les fesses pour que j'aille prendre l'air.
Au bout d'une heure, voilà que je reviens, nouvel homme, ragaillardi, comme touché par la grâce. L'heure suivante, toute la petite famille est dans la voiture, direction le Vercors.
-Les petits, Papa va mettre le dossard !
Je le clame haut et fort, j'y vais, et plutôt deux fois qu'une. 
Les petits rigolent (trop obnubilé par mon effort du lendemain, je ne vois pas qu'ils se moquent), l'ambiance est heureuse, le soir, j'y crois encore, et le lendemain sur les skis, à l'approche du départ, je ne cesse de m'en convaincre.
La magie opère jusqu'au coup de fusil.
Elle dure trois secondes.
Au bout de trois cents mètres, j'ai un éclair de lucidité. Qu'est-ce que je fous là ?!
La suite, je ne vous l'apprends pas, n'a pas été une partie de rigolade. Mal partout, aux bras (normal, je n'ai fait que de la poussée), aux jambes (normal, j'étais debout), aux abdos, à la tête, aux sinus, à la gorge.
J'ai quand même fini. 
Il ne m'a pas fallu longtemps pour retrouver mon lit.
Il y a une morale dans tout ça.
Il y en a qui apprennent de leurs erreurs. D'autres pas du tout.
Allez, à la prochaine!

(PS, pour info, j'ai quand même réussi à terminer 10ème. Je prends 2mn45, mais 10ème quand même).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire