Recherche partenaire

Je suis à la recherche de partenaires financiers, si vous voulez faire partie de l'aventure, n'hésitez pas à me contacter. Je m'engage à promouvoir votre image de la meilleure façon possible.

jeudi 26 mars 2020

Confinement : page 8

[...]

C'est le moment des informations, celui où tout le ridicule de la planète défile en un laps de temps formaté. Et voici venu le temps de la décadence.
La planète est peuplée d'imbéciles qui s'étripent tout le temps. Et aujourd'hui, les chefs de gouvernement sont des trouillards. En France, il n'y a plus de règle, il suffit de voir tous les ghettos dans les grandes villes, ces immenses tours sordides où les caïds font leur loi. Même les flics n'osent plus s'y aventurer, c'est pathétique. Il faudrait mettre un bon coup de pied dans tout ça, mais les prisons sont trop petites pour cloîtrer toute cette délinquance.
Comme chaque jour, il est question des grèves des transports. Les fainéants reprennent du galon, et allez, c’est la panique chez les utilisateurs, d’autant plus que les vacances arrivent, et que les pauvres touristes voient leur sortie annuelle en station fortement compromise. Je commente chacune des nouvelles à voix haute, je peste devant le poste de télé contre notre société, contre l’humanité. Je ne supporte plus ce qu’ils sont, ce que nous sommes, je bois une autre gorgée de Martini, je ricane face à cette médiocrité, je regrette les bonnes vieilles années où seul le labeur avait de l’importance, je maudis ces cigales insatisfaites, et oui, je suis vautrée sur mon fauteuil, à médire de cette populace inapaisable, qu’est-ce que ça peut faire, j’ai donné de mon temps, moi, sans jamais me plaindre. J’ai fait des heures, et bien plus que trente-cinq par semaine, alors qu’on ne vienne pas me faire la morale, qu’on ne vienne pas me dire qu’on en faisait trop avant et que c’est normal de revendiquer plus de temps, plus de vacances, plus de… tout !
Je m’apprête à couper court avec le présentateurs, tends l’oreille à la découverte d’un virus. Tiens, il ne manquait plus que ça, après les guerres, voilà une autre maladie qui débarque. J’espère qu’il sera agressif, que ce sera un bon gros virus qui ne touche pas que les pays sous développés. Qu’il vienne un peu chez nous, qu’on lui ouvre nos frontières, et qu’il nous débarrasse de toutes ces mauvaises herbes qui pullulent et dont on ne sait plus quoi faire. Qu’il s’infiltre dans les prisons, qu’il n’épargne surtout pas le chiendent, ça fera du nettoyage.

Je me sers un deuxième verre, j'ai l'alcool mauvais, je m'en contrefous, il n'y a que moi qui en pâtis. Je m’endors avec un léger et agréable tournis, un rictus collé au coin des lèvres.

*

Yoann ralentit devant l’école, il cherche une place, croise les doigts pour en trouver à proximité de la grille d'entrée, sans grande conviction. Il a prévenu la garderie de son retard, il sait que le personnel a l’habitude, avec lui, c’est une fois sur deux. Il culpabilise, mais la plupart du temps, à cette heure, les routes sont encombrées. Le vendredi est la pire des journées pour aller chercher les filles à la sortie de l’école, il aurait préféré le lundi, mais le vendredi est le seul jour de la semaine où elle ne peut pas, et vu qu'elle doit se coltiner les quatre autres jours, il fait un effort.
Il va jusqu'au parking du supermarché pour y garer sa voiture et file au pas de course jusqu'à la garderie. L'école a repris la semaine dernière, les vacances ont été merveilleuses. Pour la première fois depuis la naissance de l'aînée, ils se sont octroyé une semaine en station, à la neige, pour le nouvel an. Ils ont réservé dans une petite station haut-savoyarde, à Praz-de-Lys. Un appartement niché au cœur du village, avec accès direct au pied des pistes, sans avoir besoin de prendre la voiture. Ils ont chaussé au pied de l'immeuble, il n'y avait que le hall d'entrée à traverser, ça a été cure de neige, de soleil et de bonne humeur. Les soirées ont été animées, ils ont fait une orgie de fondues, raclettes, jeux de société. Les filles étaient surexcitées, les petites, surtout. A leur âge, c'est normal. Aurore a quelques années de plus, elle est d'une nature plus calme, elle temporise ses sœurs. Et grâce à elle, qui ne manque pas de proposer de s'occuper de ses sœurs sur les pistes, Sabrina et Yoann ont pu s'essayer au ski de fond et se réconcilier avec ce sports qu'ils n'ont plus pratiqué depuis leur enfance. 
La famille se donnait rendez-vous à la salle hors-sac de Sommand, la station jumelée de l'autre côté du col de la Ramaz. Une pause midi rapide pour les filles, plus longues pour les parents qui avaient besoin d'un temps calme pour récupérer des efforts sur les skis. Les filles avalaient les sandwichs préparés le matin avant de repartir à l'assaut des chemins enneigés.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire