Recherche partenaire

Je suis à la recherche de partenaires financiers, si vous voulez faire partie de l'aventure, n'hésitez pas à me contacter. Je m'engage à promouvoir votre image de la meilleure façon possible.

dimanche 5 avril 2020

Confinement: page 4 (désolé, il y a eu un loupé)

Désolé pour la page manquée (qui vient s'insérer après la P. 3 sur le site) il va falloir revenir en arrière

[...]

Depuis plusieurs jours, je m'interroge sur le bien fondé de chacune de nos actions. Je ne dis pas que c'est arrivé du jour au lendemain, je crois que c'était en moi depuis des mois, des années, mais c'est comme un mal latent qui a tout à coup explosé en plein jour, et j'ai l'impression de ne plus savoir comment faire pour le guérir. Mais ce n'est pas un mal, plutôt une vérité qui s'offre à moi, une vérité que je ne parviens plus à cacher. Sur le Monde qui m'entoure, sur ma place dans ce Monde, sur ce que je fais, moi, toi, nous autres, sur ce qui est écrit, ce que nous pouvons changer, notre quête, nos mensonges, ce qui régit chacun de nos actes.
Je sais, c'est confus, et déjà, je sais que je t'effraie, tu vas me prendre pour une folle. Je ne nie pas, je le suis un peu, beaucoup, mais est-ce de la folie que de s'interroger sur ce qui nous meut, ce qui nous émeut, ou juste ce que nous sommes ? Papa m'a souvent regardé avec un sourire au coin de la bouche, en me disant qu'il ne savait pas où je trouvais toutes mes idées, que je me compliquais la vie avec toutes mes questions existentielles, et qu'à trop penser, j'oubliais de vivre. Il conclue toujours en me disant que je serais heureuse, parce que je suis très intelligente pour une fille de mon âge, et trop intelligente pour être complètement heureuse, parce que je remettrai constamment en cause le bien fondé de ce que je fais. « Heureux les idiots... » dit le proverbe, même si je ne m'estime pas plus intelligente qu'un autre, seulement curieuse de tout, de l'Univers et de ses atomes, des particules, de la nature et des Hommes qui errent en cherchant leur place dans cet espace démesuré, intemporel, qu'est la vie.
Chaque matin, lorsque je prends le bus, je m'assois devant, parce qu'à mon âge, tous les autres préfèrent les places arrière, et que devant, j'ai la certitude d'avoir un moment seule, au calme. J'appréhende la descente et le retour à la terre ferme, franchir les grilles, me retrouver au milieu de la foule. Je sais qu'on me regarde du coin de l’œil, qu'on garde ses distances parce que je ne suis pas normale, pas comme tout le monde, je ne m'habille comme il le faut pour être à la mode, j’abhorre les magasins, le shopping, lorsque je parle, j'emploie des mots peu courants, et qu'il faut se concentrer pour m'écouter, m'entendre, me comprendre. Mes raisonnements, pour beaucoup, n'ont ni queue ni tête, sans intérêt pour tant d'autres dont les sujets de discussion tournent autour d'une boucle d'oreille, des frasques amoureuses d'une célébrité dont j'ignore le nom, des excentricités d'une chanteuse qui m'indiffère.
Chaque jour, je me gorge de livres, des lectures interminables jusqu'au milieu de la nuit. J'ai su lire très tôt, et très tôt, j'ai eu des lectures peu appropriées pour mon âge. Je dévorais les magazines scientifiques auxquels mes parents étaient abonnés, et je pilonnais mes parents de questions dès le réveil. Autant te dire que pour eux, il fallait être au garde à vous rapidement, avoir les idées claires au lever. J'étais intarissable, et à chaque réponse devait s'échanger une nouvelle question. Ils m'ont acheté toutes les encyclopédies possibles, parce qu'ils n'ont jamais voulu me mettre devant un écran d'ordinateur. Ça aurait été moins encombrant, mais comme j'ai toujours aimé bouquiner dans ma chambre, finalement, le format papier était le plus adapté. Ils sont un peu ringard aussi, je te l'accorde, écrans réduits au minimum syndical, pas de téléphone, mais je les remercie, j'aime bien mon côté marginale, et je mesure désormais pleinement ce qui est indispensable à ma vie et à mon bonheur, je n'ai besoin de rien, pour moi, le vital réside en l'amour que je porte à ma famille et qu'elle me porte en retour, et tout ce qui peut étancher ma soif de connaissance.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire