Recherche partenaire

Je suis à la recherche de partenaires financiers, si vous voulez faire partie de l'aventure, n'hésitez pas à me contacter. Je m'engage à promouvoir votre image de la meilleure façon possible.

jeudi 14 mai 2020

Confinement: page 45

[...]

– Je crois qu'ils ont peur, fait Sabrina. Ils ont peur que la situation les dépasse, ils ont peur de ne pas prendre les bonnes décisions. Imagine qu'ils nous laissent vivre comme alors, et que le virus fasse bien plus de dégâts qu'imaginé ? Les syndicats se battent encore pour le bien être des salariés d'une entreprise. L'état est une entreprise nationale et nous sommes ses employés, si par malheur il arrive quelque chose de très grave, tout le monde va se retourner contre lui, contre leurs dirigeants et leur faire payer leur absence de décision. Ils se prémunissent, du meilleur comme du pire.

Aurore ne comprend pas. Elle est dans l'émotion. Dans l'incompréhension. Heureusement, rien n'est encore décidé. Elle imaginait que seul un pays communiste, seul un pays comme la Chine, la Russie, la Corée du Nord, pouvait prendre ce genre de décision. Mais il y a désormais les italiens, les espagnols. Aurore espère que la France suivra le modèle de la Corée du Sud, qui n'a pas choisi un confinement total, mais le confinement des personnes contaminées et celles susceptibles de l'être, avec des tests massifs pour dépister le Virus. Pourtant, là aussi, la liberté est bafouée avec un suivi intrusifs des habitants. Il y a un traçage des dépenses des cartes bleues pour pister les habitants, il en est de même pour le téléphone.

Tous trois ne peuvent s'empêcher de repenser au livre de George Orwell, 1984. A quel point doit-on ou peut-on enfreindre la liberté pour la protection de la population ?

En rentrant du travail, Sabrina a voulu aller faire des courses. Elle a découvert des rayons vides, le supermarché a été dévalisé. Les gens se sont rués sur les pâtes, la farine, le riz. Et même le papier toilette. Elle n'a pu retenir une pensée idiote, il y a deux choses indispensable chez l'être humain. Ce qui rentre dans son corps et ce qui en sort. Elle s'est pris un fou rire, toute seule. Aux larmes. Devant elle, au passage en caisse, un couple avait fait la razzia des dernières pâtes. Le caddy en était plein. Elle s'est remise à rire, c'était plus fort qu'elle. Rire de tous ces zigotos – et elle reste polie – dont la peur de manquer les incite à faire des achats en masse, et crée la pénurie. Le couple s'est retourné, Sabrina s'est étouffée, tellement elle riait. Elle a toussé. La réaction a été immédiate, l'homme et la femme se sont bousculés pour passer devant leur caddy. Elle a tellement ri qu'elle a failli se faire pipi dessus. Il y a eu quelques gouttes, une première depuis son enfance. Elle n'a pas eu honte, rarement elle avait autant ri, et qu'est-ce que c'était bon. En rentrant chez elle, elle s'est dit qu'il y n'y avait pas que du mauvais dans la bêtise des gens : jamais elle ne s'était autant amusée. Pourtant, elle a trouvé ça pitoyable. Elle ne comprend pas que dans un pays civilisé, les gens agissent de la sorte. Depuis plusieurs jours, les médias ne cessent d'en parler. Le Monde n'a plus que ça à la bouche. Un sentiment de panique s'est emparé de la population, qui se rue alors sur les denrées indispensables, comme si, dans les six prochains mois, la planète allait cesser de tourner.

Le lendemain soir, ils sont invités chez Jean-Marc et Véro. Enfin, ils ont réussi à se mettre d'accord sur une date. Ils seront quatre couples d'amis, avec les enfants ils seront quinze.

Ils sont en retard, Yoann et Sabrina demandent aux petites de se dépêcher. Comme à chaque fois qu'il y a une invitation chez des amis, elles sont intenables. En plus, il y aura des enfants de leurs âges. Pour les canaliser, les parents leur demande de les aider à porter les affaires, mais Louise renverse la tarte préparée pour le dessert. En plus de la bêtise, elle se pavane auprès de sa sœur, tu as vu ? C'est une tarte renversée !

Les filles, par pitié, calmez-vous ! scande Sabrina.

Elle parle dans le vide. Heureusement, cinq minutes plus tard, tout ce beau monde est installé dans la voiture, les ceintures sont bouclées.

J'ai oublié doudou ! s'exclame Jeanne.

Tu n'en as pas besoin, on rentre ce soir, lui dit sa mère.

Tu m'avais dit que je pouvais le prendre.

Oui, mais si au lieu de faire le pitre, tu était allée le chercher, tu l'aurais avec toi en ce moment.

Je veux mon doudou !

Jeanne, ça suffit. On est parti, on ne fera pas demi tour.

Elle se met à pleurer.

Bébé cadum, bébé cadum, chante joyeusement Louise.

Tu as pris les baillons ? demande Yoann à sa femme.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire