Recherche partenaire

Je suis à la recherche de partenaires financiers, si vous voulez faire partie de l'aventure, n'hésitez pas à me contacter. Je m'engage à promouvoir votre image de la meilleure façon possible.

lundi 15 février 2021

Rétablissons le ski pour tous

  • Je tiens d'abord à préciser que mon message ne s'adresse pas à une personne en particulier. Dans une fédération, même s'il y a un président, il y a de nombreux décisionnaires. Je m'adresse à tous ceux qui s'octroient des pouvoirs abusifs, à ceux qui ne prennent pas le temps d'écouter. A ceux qui ne veulent pas avancer.

    Selon l'INSEE, "Une fédération sportive organise et assure la promotion de la pratique de sa ou ses disciplines, de l'activité de loisir au sport de haut niveau. Elle est l'union d'associations sportives".

    Aujourd'hui, notre fédération ne défend que le sport de Haut Niveau, oubliant que les clubs ont formé les athlètes avant que la fédération ne leur colle l'étiquette Haut Niveau. Elle oublie que sans le bon fonctionnement des clubs, sans le travail incroyable de leurs entraîneurs, il n'y aurait pas d'athlètes, ni même de pratiquants. Et que sans eux, sans tous ces acteurs indispensables au bon fonctionnement d'une fédération, celle-ci n'existerait tout simplement pas. Nos dirigeants oublient qu'ils vivent sur le dos des clubs, des jeunes coureurs, des entraîneurs, des parents, de leurs motivations sans faille.

    Les décisions sont désormais prises sans concertation ni consentement, elles sont imposées et nous subissons ces abus sans possibilité de nous faire entendre. Les initiatives de nous autres, "petites gens", sont brisées sans raison valable. Alors oui, dans les bureaux, certains de nos responsables se félicitent des médailles obtenues aux Championnats du Monde ou aux Jeux Olympiques, et les athlètes deviennent leur faire-valoir, la possibilité d'afficher leurs galons, de serrer des mains et de sourire plus que nécessaire. Mais avez-vous seulement une pensée pour tous ces jeunes laissés de côtés, ces jeunes écrasés, ces entraîneurs désabusés ? Croyez-moi, ils sont nombreux, pourtant, vous ne souhaitez offrir de solutions à leur désarroi. Alors qu'ils vous nourrissent, vous les affamez.

    Le contexte sanitaire actuel n'est en rien responsable de ce qu'il se passe en ce moment dans notre fédération, le problème est plus profond. Les langues n'osent pas se délier, car tous connaissent les représailles. Alors que seul le chrono devrait être juge de paix, nombreux sont les prétextes invoqués, trop grand âge, écart avec les poursuivants pas suffisamment importants, concurrence pas assez forte... Nous savons tous que nos droits ne sont pas égaux et que les décisions ne sont pas impartiales.
    Il est temps de bousculer ce système autoritaire pyramidal où les décisions sont hiérarchiques et ne peuvent ni ne doivent être discutées, il serait intéressant de redonner enfin aux différents clubs la possibilité de s'exprimer et d'exister. Car aujourd'hui plus que jamais, tous se retrouvent sous le joug de décideurs qui ne semblent plus penser à l'avenir, mais uniquement à la possibilité de briller, quels qu'en soient les moyens, faisant fî des conséquences. Quitte à oublier l'égalité. Quitte à oublier le sportif et ses droits. Quitte, somme toute, à oublier l'humain (et je suis bien placé pour le savoir *).
    Notre fédération en oublie alors ce pour quoi elle est née: unir, rassembler autour d'une idée commune,  d'un idéal, et ce pour le bien-être de tous. En un mot, fédérer, et plus encore, faire preuve de bienveillance envers ces acteurs qui vous font vivre.

    Il est peut-être temps de changer -enfin- un système qui ne tient plus debout. Car la colère gronde, messieurs les dirigeants.

    La colère gronde, mais il est encore temps d'agir.



    Il y a dix ans, lors de l'une de mes dernières Coupes du Monde, un virus (déjà) traînait dans les parages. A l'époque, la psychose (re-déjà) gagnait de nombreux pays. Il était question de Grippe A, le gouvernement avait commandé des milliers de masques, des vaccins avaient été mis sur le marché, et dans ma malchance, j'avais eu le bonne idée d'avoir mes premiers symptômes grippaux l'avant veille de la course, alors que j'étais à Beitostolen, en Norvège. On m'avait alors envoyé en ambulance à Lillehammer (2 heures de route) pour faire des tests et savoir de quoi il tenait. A quatre heures du matin, après de nombreux tests, on m'avait effectivement déclaré porteur du Virus de la grippe A et dans mon malheur, j'avais la chance que le virus n'affecte pas de manière grave mes voies respiratoires. L'hôpital ne voyait donc pas la nécessité de me garder dans ses locaux, et me conviait à retourner parmi mes collègues dans l'hôtel, stipulant qu'avec le port d'un masque, je les protégerais d'une éventuelle infection. J'ai appelé le chef des équipes pour lui relater les faits, ce sur quoi il m'a répondu qu'il était hors de question que je rentre à l'hôtel, que je devais retourner sur le champ au bercail. Chez moi. Par mes propres moyens. Je lui expliqué n'avoir sur moi que ma carte bleue et mon téléphone. Toutes mes affaires étaient à l'hôtel, notamment mes clés de voiture et d'appartement.
    "Débrouille toi. Appelle une personne de ta famille, elle viendra te chercher". Voilà la réponse qui m'a été faite.

    Il a fallu que j'insiste, que j'explique que ma famille ne serait pas forcément disponible, et après un long échange, il a consenti à me laisser revenir à la gare de Beitostolen, située à une quinzaine de kilomètres de l'hôtel, pour que j'y récupère mes affaires qu'on me laisserait là bas. J'avais 41,5 de fièvre, j'étais bourré d'antiviraux, perclus de courbatures, j'avais dormi deux heures et j'ai dû effectuer 3 heures de voyage en bus pour rejoindre la gare de Beitostolen. Ensuite, j'ai dû prendre un train et effectuer le trajet en sens inverse pour aller à l'aéroport d'Oslo. Bien entendu, personne ne m'avait communiqué les horaires possibles des avions, lorsque je suis arrivé, il était 22 heures et la plupart des compagnies étaient fermées. J'ai fini par dormir sur un banc de l'aéroport.

    Quelques années auparavant, j'avais eu un échange avec l'un des membres du staff du nordique. Mal dans ma peau, j'avais demandé un aménagement du planning de stages. On m'avait traité de con et que, si c'était le cas, on me supprimerait mon contrat professionnel avec les douanes.
    Ce ne sont que des histoires parmi tant d'autres, mais voilà la manière dont on peut traiter l'humain au sein de la fédération.





1 commentaire:

  1. Merci pour tes messages d'informations sur ces pratiques. Desolant... soutien total a toi Benoit et aux autres qui ont connu la meme situation !

    RépondreSupprimer